Chronique Manga – Love Me Tender


Titre original : Love Me Tender
Auteur : kiki
Pays : Japon
Format : Manga
Nombre de tomes : 6 en cours (7 en prévision)
Thèmes : Yaoi – Josei
Genres : Homosexuel, Tranche de vie, romance, comédie
Editeurs : Taifu Comics

Résumé

Sae et Kazuki, deux amis mannequins, emménagent dans l’appartement de la belle Naoyuki. Mais contrairement à ce qu’elle semble, Naoyuki n’est pas une fille mais un garçon, ami d’enfance de Kazuki ! Ce trio aux relations étranges va rencontrer de nombreux personnages, tous plus complexes les uns que les autres.

Mon avis :

Je vous propose dans cette chronique un très beau manga, un peu oublié par les fans de Yaoi (mangas relatant des relations homosexuelles entre hommes, mangas destinés principalement pour un public féminin. Ceux destinés à un public masculin gay sont les bara).

Love Me Tender est une petite perle de manga, tout en douceur, dont les graphismes, certes très shojo qui en rebutent certains, sont d’une grande délicatesse. les personnages sont très épurés mais restent très soignés et sont très haut en couleur. Leurs perosnnalités ne sont pas non plus négligés et sont assez loin des stérétotypes que l’on retrouve dans les mangas Yaoi. Et un super point positif et pas des moindres, il n’y a pas de girl bashing qu’on peut parfois ressentir dans les Yaoi où les filles sont soient des gourdes, soient des garces, soient les deux! Là, les filles ont certes des personnalités bien trempées mais elles ne sont pas relégués au rang de faire-valoir des garçons qui entretiennent des relations amoureuses. Au contraire, elles aussi ont droit à l’amour.

Chose assez rare, la bisexualité est ouvertement abordée avec Sae qui aime les deux genres. D’ailleurs, le fait que Sae ait entretenu une liaison en même avec le patron du café et avec sa femme qui ne le découvrent que bien après leur divorce est vraiment l’un des moments les plus marrants de l’histoire.

Les thèmes des troubles de l’identité sexuelle (le cas de Nao qui s’habille en femme à cause de son passé d’enfant maltraité par son père et qui a du mal en étant un homme est bien sûr le plus parlant mais Sae, souvent travesti en fille par Kazuki qui éprouve une fascination envers les hommes habillés en femme, en est un autre), les relations complexes entre les personnages, qu’elles fussent amoureuses ou amicales (la relation ambivalente entre Sae et le patron du café ou le frère de Kazuki) sont traités avec légèreté et humour. Néanmoins, cela n’empêche pas les moments très sérieux, comme lorsqu’on découvre que Nao s’habille en fille car il a peur de ressembler à son père, un homme qui frappait sa femme et son enfant.

Bien sûr, on est loin d’un Yaoi que l’on trouve habituellement, qui ne soit pas une pure romance lycéenne soit une intrigue mettant en scène des Yakuyza (qui sont des contextes récurrents dans le Yaoi). Il n’y a pas de scènes sexuelles malgré une puissante sensualité qui se dégage des personnages et des différentes situations dans lesquelles évoluent nos héros.

Bref, un manga Yaoi qui ne plaira peut être pas à tout le monde mais qui mérite d’être découvert!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s