Chronique Documentaire – Dans la tête des tueurs en série

Année : 2010

Durée : 780min

Genre : Documentaire (classé +16)

Réalisateur :  Stephane Bourgoin

Résumé :

Stéphane Bourgoin décrypte des entretiens avec 6 serial killers et une tueuse en série dans quatre documentaires de 52 minutes,  »Dans la tête d’un tueur en série avec Stéphane Bourgoin », diffusés en 2010 sur la chaîne Planète Justice. Disponible en DVD.

Mon avis :

Reconnu comme le spécialiste français (et même mondial) du phénomène du meurtre en série, Stephane Bourgoin a vécu au plus près ce phénomène inquiétant. En effet, sa compagne a été violée et assassinée par un tueur en série lors d’un été en Californie. Depuis, l’avouant lui-même, dans une traque et une recherche sans fin, il veut comprendre le fonctionnement particulier de ces personnes qui éprouvent le besoin de tuer sans mobile explicable de façon rationnelle. Des Fourniret, Haulmes et autre Guy Georges existent en France (malgré le déni d’une certaine partie de la classe politique), ils sont bien plus nombreux qu’on ne le croit. Et ils sont très dangereux. Car ils ne ressemblent pas extérieurement à un monstre dont la bave dégouline sur le menton.

Cette série documentaire est très intéressante puisqu’elle propose une plongée dans la tête de ces tueurs particuliers. Certaines des interviews font véritablement froid dans le dos, notamment celle avec Gérard Schaeffer dont on sent toute la perversité, la cruauté et la malveillance poindre derrière ses petites lunettes rondes. Tommy Lynn Sells peut toucher alors qu’il pleure (pour lui-même, pas pour ses victimes) jusqu’à ce qu’on comprenne que cet homme au visage de poupin a sauvagement tué toute famille, y compris un nouveau-né.

Attention! Il ne s’agit pas de faire l’apologie de ces sinistres personnages, comme le font certains sites de fans mais bien de comprendre ce qui les poussent à tuer. Au contraire, il s’agit de comprendre que ces individus sont comme vous et moi, l’empathie en moins. Ils ne ressemblent pas à Hannibal Lecter ou à Leatherface. Ils peuvent être, pour paraphraser Ted Bundy, vos voisins, vos amis, vos collègues ou même des membres de votre famille. Je me souviens même d’un propos d’un psy les concernant :

« Ils sont anormalement normaux. »

Car, en effet, ils sont dans l’incapacité de ressentir et de s’identifier à leurs semblables mais parviennent à le cacher de telle sorte que personne, pas même leur propres parents ou conjoints ne se doutent de ce qu’ils sont réellement. Imbus de leur personne, égocentriques, je devrais même dire dans certains cas, phallocentriques, se prenant pour Dieu, ils représentent toute la face sombre et obscure qui peut se cacher en chaque être humain et qui, chez eux, a envahi toute la psyché et contrôle entièrement leur personne et leurs actes. Rien ne l’importe plus que la satisfaction personnelle de leurs fantasmes morbides. Comment ne pas se sentir mal à l’aise quand on entend un Ed Kemper (le seul tueur en série qui se soit rendu de lui-même à la police après avoir « enfin »  tué l’objet de sa haine : sa propre mère) qui déclare tranquillement que son fantasme est « de posséder des têtes coupées de femmes » ? Cette haine du genre humain que ces individus considèrent comme de vulgaires objets nés pour assouvir leurs pulsions violentes nait très souvent dans l’enfance, où l’on retrouve très souvent des cas de carences affectives, de maltraitances, de parents alcooliques ou abusifs etc. Mais les tueurs en série sont aussi des lâches et des minables, n’attaquant que des personnes en position de faiblesse : femmes, enfants, personnes handicapées ou personnes âgées ou des patients dans les cas comme les infirmier(e)s de la mort, sans compter que très souvent, ces personnes n’ont pas hésité à torturer des animaux. Bien sûr, dans la plupart des cas, les personnes maltraitées ne deviennent pas des tueurs ou tueuses en série et s’en sortent très bien. Mais chez ces hommes et ces femmes, le processus de maturité émotionnelle est bloquée. Ils vont grandir, apprendre des choses mais ils restent comme des enfants face à la sexualité qu’ils associent la quasi totalité du temps à la violence et à la mort.

Ces documentaires et ces interviews sont d’une très grande qualité et sont indispensables pour mieux cerner ces personnes et, en cela, Stephane Bourgoin montre un grand courage pour les rencontrer.

Je recommande d’ailleurs, pour mieux compléter ce documentaire, de plusieurs ouvrages :

-Le livre noir des tueurs en série, toujours de Stephane Bourgoin

– Les tueurs en série sont parmi nous, toujours de Stephane Bourgoin

Ainsi qu’un site très riche, très clair et en français -> http://www.tueursenserie.org/ qui possède plein de portraits de tueurs, dont Ted Bundy, Ed Kemper, Jeffrey Dahmer et Albert Fish.

 

Publicités

Une réflexion sur “Chronique Documentaire – Dans la tête des tueurs en série

  1. Hum… Pas vu, en revanche, je ne crois pas à cet argument qui consiste à dire : « attention il ne s’agit pas de les admirer ». Si c’est le cas, pourquoi les médiatiser et leur donner de leur importance ? J’ai la réponse à cette question…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s