Réflexion/Coup de gueule – l’uniformisation et l’asceptisation de la Culture

Cet article me taraudait depuis quelques temps. Mais avant, permettez-moi de vous copier-coller deux choses qui m’ont décider à réfléchir sur le sujet vaste de ce qu’on appelle aujourd’hui culture.

Tout d’abord, un article -> George R. R. Martin, auteur du Games of Thrones fustige Ant-Man qui me paraît dans l’ensemble une réflexion des plus pertinentes.

Et ensuite, une discussion sur le fil Facebook de Talk is not the Enemy, le petit frère de Fic Is Not The Enemy (Le sujet de base et ma réponse) ouvert par mon amie et co-admin du projet, Valerie Kumfu

Une discussion sur l’effet (pervers) des commentaires des lecteurs sur les sites de vente, pour les intéressés.
C’est désormais la norme : tous les sites de vente proposent à leurs lecteurs de mettre leur avis sur ce qu’ils achètent. Or, les avis mis ne sont quasi jamais des avis de « qualité », je remarque, mais des avis qui prennent clairement en élément numéro 1 les « goûts » des personnes. Chez Amazon, c’est clair : Amazon ne demande pas aux lecteurs s’ils pensent que le roman qu’ils ont acheté est bon ou moins bon mais s’ils ont « aimé » ou non.
En pratique, qu’est-ce que ça donne, du coup : d’excellents bouquins, très bien écrits, sans fautes, très bien gérés, sans incohérences, sans clichés, originaux… descendus parce que, ben voilà, ils sont « originaux » : ils n’ont donc pas correspondu aux goûts du plus grand nombre. Et des bouquins mal écrits, mal fichus, avec des fautes, des incohérences à la pelle et des camions bennes de clichés, exposant des contenus vus et revus… montés aux nues parce que, ben voilà, ils correspondent aux goûts du plus grand nombre.
Je trouve ça désespérant…
Ça fait un moment que j’ai compris qu’il ne fallait pas que je me fie à ces avis et que je regarde avec suspicion en particulier les bouquins blindés de 5 étoiles, mais je ne peux pas cesser de me désespérer, tout de même, quand je vois de vrais bons bouquins, intéressants, fins, originaux, et qui sont vraiment bons, pour de vrai… être descendus par une ou deux pauvres étoiles lapidaires, qui les aura coupé du reste de leur lectorat.
J’ai le sentiment qu’on est en train d’aller vers une uniformisation totale du contenu que l’on va pouvoir avoir en tant que lectrices et lecteurs : des bouquins, tous les mêmes, mis en avant non pas selon des critères de qualité mais selon des critères de goûts les plus communs et fuck l’originalité, quoi. Pour lire autre chose, déjà, et pour trouver les perles cachées, il faut fouiller et encore fouiller (et trouver soi-même les voies alternatives que l’on peut suivre). Bientôt, peut-être ne trouvera-t-on tout simplement plus ces livres-là en vente. 

Et ma réponse

Je ne puis qu’agréer avec ces remarques. Mais il suffit même pas seulement de regarder les commentaires. Rends-toi à l’espace culturel du lecler le plus proche (si tant est qu’on peut appeler ce genre d’endroit « culturel » mais passons) et de regarder globalement les livres en rayons. On dirait des clones des uns des autres. Il n’y a plus rien de vraiment original, même les couvertures manquent d’originalité, c’est dire… Alors le contenu… Au pire, tu auras le dernier Houellebecq qui tranchera au milieu des 50 Shades et After. Mais c’est partout pareil, la musique actuelle est totalement uniformisée, les émissions télé, le cinéma classique également, les gens ne recherchent plus vraiment les sentiers inconnus, ils préférent la sécurité, tant pis si c’est pourri. Sur mon WP, j’essaie de chroniquer des films underground, mais, grosso modo, l’époque glorieuse des Pasolini et autres qui osaient et le montraient, faut chercher dans les méandres du Net pour trouver des trucs vraiment originaux…

Permettez-moi d’approfondir ma pensée, fil facebook oblige, je n’arrive pas à écrire des pavés comme sur mon WP.

Commençons par quelques anecdotes, certes courtes mais plutôt symboliques de ce qui est servi à l’heure d’aujourd’hui.

Tout d’abord, les vacances m’ayant plongée avec la chaleur dans une totale apathie, incapable d’écrire la moindre ligne tant mon cerveau avait fondu dans l’étuve de ma chambre exposée plein sud, je passe quelques après-midis à regarder un peu le programme TV qui, sans surprise, sont d’une vacuité effrayante. Je veux bien que ce sont les vacances mais à toujours nous ressortir les éternels et indéboulonables « Le Gendarme de St Tropez » et autres films de campings d’une sottise beauf qui ne font rire qu’eux-mêmes, cela devient à peine supportable, peut être uniquement en bruit de fond pour repasser le linge. A moins d’avoir une box permettant de recevoir quelques chaines cinéma, serie TV ou documentaires (mon péché, j’aime beaucoup les chaines sur la nature ou les animaux. Science et Vie est aussi une chaîne pas trop mal). Ne parlons pas de Canal+ ou de ses Guignols passés en Crypté (pour mieux les supprimer par la suite, ne nous leurrons pas). Mais la rentrée venant, ce n’est guère plus brillant. Vraiment, si l’on devrait faire une analyse des programmes TV sur la plupart des chaînes nationales ou même TNT, on ne pourrait que reprendre ce que de Gaule disaient : « les français sont des veaux ».

Les programmes d’appauvrissement intellectuel, télé-réalité en tête, ces jeux montrant de pauvres gugusses n’hésitant pas à amuser la galerie, à se vautrer lamentablement dans le ridicule avec des blagues limite pipi caca, les téléfilms du dimanche, les épisodes multi-rediffusés ou les pseudo-reportages qui tiennent plus de la télé-réalité que du vrai documentaire. La qualité est devenu synonyme d’élitisme, pratiquement devenus des gros mots dans nos société archi-cons-uméristes béates, confirmant un véritable nivellement par le bas.

La même chose s’applique au cinéma grand public, à la littérature, à la musique ou à tout ce qui touche au mass-media. Depuis combien de temps ne suis-je pas allée au cinéma et pas uniquement pour une question financière mais aussi et surtout à cause de la pauvreté des films proposés qui ne me donne absolument pas envie d’aller voir? Bien sûr, ce que je nomme le « divertissement vide-tête » fait du bien, vous savez, le genre de truc, on sait que c’est nul au possible mais que, parfois, on a quand même besoin pour se vider la tête après une journée de travail. Mais à haute dose, c’est nocif pour la réflexion et encourage un certain abrutissement des foules, prêtes à avaler tout et n’importe quoi, bêlant de joie quand on flatte leurs plus bas instincts de voyeurisme, exacerbé avec la mise en avant de l’intime sur la place publique par ces mêmes émissions.

Prenons un autre exemple, la culture japonaise et la forte de demande de licence de mangas en France. Quelques années auparavant, le marché du manga, bien qu’en plein boom, proposait moins de titres mais qui était de qualité, sans compter une parution régulière des mangas proposés. On peut voir ce changement notamment avec les titres Yaoi qui inondent le marché et dont une partie, je suis désolée, sont loin des très bons titres comme « Le jeu du chat et de la souris », « Viewfinder » ou « Seven days ».  Beaucoup d’entre eux semblent être des photocopies des uns des autres ou sont de qualité en dessous des plus mauvais doujinshis qu’on peut trouver avec les pires déviances possibles traitées avec une légèreté qui laisse pantois, tout cela pour satisfaire la fangirl moyenne. Au risque de me faire des ennemis, non, je ne comprends pas qu’on puisse proposer des scènes de viol avec syndrome de stockholm à gogo, parler d’inceste comme une relation amoureuse des plus ordinaires et j’en passe sur des thèmes graves, comme si tout ça était parfaitement naturel.

Bref, c’était mon petit coup de gueule du jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s