Billet d’humeur – Être aux portes de l’embauche et rater la marche

Businesswoman using digital tablet in lobby

Mes idées ne sont pas très ordonnées alors je m’excuse par avance si c’est à la limite du compréhensible…

Aujourd’hui était une journée qui comptait beaucoup à mes yeux ; j’avais obtenu de pouvoir me présenter à une réunion de recrutement chez ERDF. Je n’avais pas été sélectionnée l’année dernière et l’obtenir cette année a été pour moi un moment d’espoir. Non, en dépit de mon parcours scolaire, disons, chaotique, je peux quand même trouver un job.  Malgré mon harcèlement à Pôle Emploi pour m’aider à me préparer à cet entretien, impossible d’avoir un rendez-vous. Je me présente à la réunion sans m’être vraiment préparée, total free lance quoi, et, évidemment, très angoissée. La première partie a été une présentation de l’entreprise et des postes proposés. Jusqu’à là, rien de bien extraordinaire… Tout à coup, l’un des recruteurs nous expliquent que les 20 candidates présentes, moi incluse (ils veulent une meilleure parité) ont été sélectionnées sur un millier de profils. PUTAIN! La grosse pression dans ma tête. Non, je ne dois pas foirer cette chance, j’ai fait en plus des études techniques (alors que j’aurai tellement préféré faire des études littéraires mais bon, ma chère prof d’italien en 2nd m’en a empêché… tant pis, ce qui est fait est fait, je ne vais pas regretter mes choix maintenant.).  Bref, je m’efforce de me convaincre que je peux décrocher un poste de technicien polyvalent (l’équivalent d’un ouvrier) à défaut du chargé d’affaire (qui correspondait plus à mon profil mais ne soyons pas trop gourmand).

Après cela, je suis dans les premières à passer dans l’entretien individuel et là, c’est la grosse catastrophe. J’ai l’impression que ces 20 minutes ont été les plus ridicules de ma vie, débitant des trucs sans aucune originalité, incapable de me « vendre », me piégeant moi-même sur mon parcours, notamment : « comment ça se fait que vous n’avez pas travaillé dans votre domaine? », question à laquelle je n’avais qu’une envie de répondre : « faut bien remplir sa gamelle! ». Et le pire de tout, dans ces moments-là, pourquoi j’entends ces petites voix qui me disent : « je ne te vois pas faire ce travail »,  » tu n’y arriveras jamais », ré-entendre dans ma tête tous ces gens qui, au mieux, doutent de vos choix, soi-disant parce qu’ils « vous connaissent bien » (mon c*l!) au pire,  n’ont même pas confiance en vous-même et en ce que vous êtes (à mon avis, ça n’a pas le même impact), c’est juste atroce à vivre, surtout quand c’est le dernier truc dont on a besoin. Je suis sortie de cet entretien dans un état à la fois d’énervement et à la fois totalement abattue, avec la sensation d’être vraiment nulle. Et cerise sur le gâteau, je ne peux pas faire un pas dehors sans que je sois solicitée pour des dons, des machins et des trucs (voilà pourquoi je déteste Lyon et les grandes villes, désormais).

Bref, je me sens encore mal, j’avais besoin de sortir tout ça.

Publicités

2 réflexions sur “Billet d’humeur – Être aux portes de l’embauche et rater la marche

    • Je l’espère aussi. En tout cas, avec un peu de distance, j’ai commencé à relativiser cet échec et j’ai au moins pu « secouer » ma conseillère pole emploi pour avoir un rdv afin de retravailler CV et préparation aux entretiens (questions pièges etc).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s