Chronique film – la trilogie « L’enfant des loups »

Titre original L’Enfant des loups
Genre : Drame, Fantastique, Historique
Création : Philippe Monnier

Durée : 3 x 86 min

Résumé

Hiver, fin du VIe siècle. Dans la forêt, Romulf, un paysan gaulois, et son frère Albin découvrent un enfant, Vanda, un louveteau dans les bras. Ils l’emmènent à l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers où elle est adoptée en tant que nonne, bien que certaines religieuses disent d’elle qu’elle est une enfant des loups. Elle devient filleule de Radegonde, fondatrice du monastère, et de Romulf, mais reste proche des loups, notamment avec le loup Ava. Les années passent heureuses au monastère jusqu’à ce que la peste envahisse Poitiers. La mère supérieure succombe à la maladie et une meute de loups terrorise Poitiers.
Sous l’impulsion des villageois, le couvent charge Vanda de libérer Poitiers. Bien qu’accomplie, la mission laisse des marques : après son retour, Vanda est rejetée par la communauté du monastère. Elle est renvoyée chez son parrain, Romulf, jusqu’à ce qu’elle sente l’appel de Radegonde. Vanda rejoint le monastère et voit sa marraine mourir peu après. Lors de la messe des funérailles de Radegonde, Chrotielde, une princesse rebelle forcée à prendre le voile, provoque Vanda. Les deux nonnes se disputent et finissent jetées au cachot pour avoir troublé la cérémonie. Enfermées, elles deviennent complices.
Une fois libérées du cachot, Chrotielde déclenche une révolte et fait appeler ses soldats qui rôdent aux alentours du monastère. Presque toutes les religieuses, dégoûtées par la sévérité et l’intransigeance de la nouvelle abbesse, quittent le couvent avec Chrotielde, y compris Vanda. Albin finit pas accompagner lui aussi le convoi. Proche de lui, Vanda tombe en désaccord avec Chrotielde. Albin et Vanda se retrouvent alors prisonniers, jusqu’à ce qu’Ava vienne les libérer. Dans leur fuite, ils découvrent les religieuses, honteuses, en cage. Une fois les nonnes libérées, les deux compagnons galopent vers le monastère attaqué par les soldats de Chrotielde et défendu par Romulf. Vanda et Albin mettent aussitôt fin à la bataille du couvent, mais Romulf y laisse la vie. Les religieuses reviennent et se repentent. Après avoir pleuré le parrain et frère, le couple part en Espagne.

Mon avis

Il est des films qui vous marque pendant votre enfance et, une fois adulte, on les cherche pour comprendre pourquoi ce film-là et certaines séquences ont imprégné votre rétine . En ce qui me concerne, la trilogie « L’enfant des loups » en fait partie et, lorsque j’ai pu enfin le retrouver, j’ai pu me replonger dans cette saga qui se déroule au Moyen Âge.

Adapté du roman La Révolte des nonnes de Régine Deforges, la trilogie filmique se concentre tout d’abord sur Vanda, petite fille trouvée dans la forêt avec un louveteau dans les bras, qui, en grandissant, possède des dons proches de ceux des loups. Emmenée par son sauveur, le Gaulois Romulf au couvent fondée par la reine Radegonde, cette dernière l’adopte en en faisant sa filleule, Romulf devenant son parrain et de lui donner une éducation de bonne chrétienne. Mais Vanda reste une enfant sauvage, au grand désespoir de la mère supérieure, Leubovère, une femme froide, sans amour, sévère et très rigide.

Parallèlement, elle rejoint au couvent par Basine, fille de Chilpéric, après que cette dernière ait été violée par les soldats de son père, sous l’influence de de la cruelle Frédégonde. Entre temps, Vanda montre sa capacité à communiquer avec les loups en les « chassant » de Poitiers, ce qui lui vaut d’être de retourner chez Romulf. Les évènements qui vont mener à la révolte proprement dite se précipitent avec l’arrivée au couvent de Chrotielde, une femme arrogante, orgueilleuse et colérique, en refusant d’être traitée comme une vulgaire novice et non comme fille de roi. Elle entraîne dans une révolte plusieurs des religieuses et novices, dont Vanda revenue entre temps pour assister sa protectrice dans ses derniers moments.

Tout d’abord, ne vous attendez pas à une série filmique du niveau du Nom de la rose. Le jeu des acteurs est souvent (très) inégal, certains passages m’ont apparu quelque peu superficiels avec une impression de remplissage même s’ils sont intéressants, comme le passage avec Disciola qui choisit une vie de recluse après avoir vu le Christ. On n’en reparle d’ailleurs plus par la suite.

De plus, totalement introuvable en VHS ou DVD, la qualité du streaming (ou même en version téléchargée) ne contribue évidemment pas à un visionnage agréable, indépendamment de la qualité même du film, notamment les passages durant la nuit où on ne peut que comprendre les scènes qu’avec les paroles des acteurs. Néanmoins, la trilogie propose une vision de ce Moyen Âge naissant (un siècle seulement s’est écoulé depuis la date officielle de la chute de l’Empire romain) dans un milieu encore sauvage, indomptée et cruel, dans un pays divisé, où le christianisme cherche encore à s’implanter et où les maladies comme la peste font des ravages et sont soignées de façon des plus rudimentaires. Les personnages, malgré le jeu d’acteur moyen de certains d’entre eux, sont intéressants car, chacun, à sa manière tente de s’imposer. J’ai beaucoup apprécié le personnage du Gaulois de Romulf bien qu’il ne soit pas très approfondi. Quant au personnage de Vanda, elle a un petit côté Marie-Sue assez agaçant (comme nombre de héros ou héroïne principal me direz-vous).

Néanmoins, les musiques du film sont loin d’être mauvaises, peut être un peu trop synthétisés (et oui, c’était la glorieuse époque du synthétiseur à toutes les sauces) ce qui ne donne pas toujours un côté naturel.

N’ayant pas lu (malheureusement) l’ouvrage de Régine Deforges, je reste assez mitigée. Je n’ai pas détesté foncièrement cette trilogie mais, évidemment, comparativement à un film comme le Nom de la Rose (même si c’est pas tout à fait au même siècle), il en est très loin.

A découvrir pour se faire un avis.

Publicités

3 réflexions sur “Chronique film – la trilogie « L’enfant des loups »

  1. J’avoue que je ne connaissais pas mais la thématique, toujours celle de l’enfant sauvage, m’intéresse beaucoup. Donc pourquoi pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s