[Texte] Le 7eme Art ? Non, juste de la production à la chaîne !

Ce texte a été écrit dans le cadre « Ateliers : Esprit-Livre » dont la consigne d’écriture était : « Le dysfonctionnement : ce que vous aimeriez changer. » J’ai choisi le thème du cinéma.


 

Je suis devenue allergique au cinéma du circuit classique actuel. Je le vilipende et le vitupère tellement il m’insupporte. Non ! Je ne comprends pas tout cet engouement pour les films de super héros ultra-stéréotypés, pas plus que les frétillements émoustillés de petites jouvencelles devant un « 50 Shades of Grey » dont l’érotisme se réduit à la vision d’un bout de culotte ou encore de cette mode des reprises de vieux films pour tenter de les mettre au goût du jour, oubliant le contexte dans lesquels ils ont été réalisés et le message transmis, pour n’en faire qu’une machine à pognon. Le dernier film qui m’a vraiment scotchée sur mon fauteuil n’a pas été un film du circuit classique mais bien un film de la face obscure du Septième Art. Désormais, les rares fois où je me rends dans une salle de cinéma, j’éprouve, dans le meilleur des cas, un goût amer d’inachevé ou, plus souvent désormais, d’un profond ennui, en restant polie.

A l’heure actuelle, le cinéma, ou tout autre forme d’art d’ailleurs, tout est devenu uniforme, aseptisé, convenu. Le politiquement correct et la bien-pensance gagnent dangereusement du terrain. L’originalité, le jusqu’au-boutiste ont presque disparu des circuits classiques. Où sont l’insolence, l’irrévérence, le subversif des années 70-80 avec ses films qui osaient absolument tout et n’importe quoi ? Les pâles épigones tels les « 50 Nuances », « Saw » et autres films de super héros sortis du festival du rire ne parviennent pas à cacher ce misérabilisme visuel et cette vacuité effrayante d’imagination. Ne retrouverons-nous pas, un jour, le cinéma de Pasolini avec son scandaleux, prémonitoire et sans concession « Salò ou les 120 jours de Sodome » dénonçant le monde à venir, consumériste, individualiste, eschatologique, bestiale, voyeuriste, blasé et décadent qui, encore, quarante ans après, déchaîne les passions dans les trop rares festivals qui tentent le diffuser ? Où sont les excès délirants de « Caligula » de Tinto Brass, la rage de « Orange Mécanique » de Kubrik, la sensualité vénéneuse de mon film préféré « Portier de nuit » de Liliana Cavani ? Comment peut-on trouver un « 50 Shades » subversif et pornographique alors qu’il y a une cinquantaine d’années, on se pressait pour voir « Gorge profonde », « Emmanuelle » ou « Histoire d’O » au cinéma, qui, il faut le dire, étaient d’un autre niveau que l’adaptation du bestseller de E.L. James ?

Sincèrement, pour ne reprendre que les films de super héros, on dirait que les réalisateurs se sont contentés de les produire avec une photocopieuse en changeant juste la tête du héros, la tête du méchant et, éventuellement, la tête de la pauvre damoiselle en détresse. Affligeant ! J’en viens même presque à trouver le nanard le plus célèbre du cinéma, à savoir « Hitman le cobra » et ses dialogues au sommet de l’art de l’injure et de la nullité absolue comme bien plus  authentique que ces productions à la chaîne que nous pond Hollywood avec une ponctualité maniaque, c’est dire !

Et les films d’horreurs ? Je ne comprends pas tout ce cinéma (!) d’une obscure association pour tenter de faire interdire « Saw 3D » alors que l’on trouve facilement des films bien plus violents et malsains, avec pour étendard, le monstrueux « Cannibal Holocauste », considéré encore comme un sommet des films hardcore et connu du grand public. Ne parlons pas de toutes ces productions, heureusement et joyeusement oubliées comme « Ilsa la chienne des SS » (ou la louve, ça dépend des sites) et autres Nazisploitations ou, plus vulgairement surnommés Naziporns, des Women in Prison ou des Rape And Revenge qui ont eu, souvent, l’insigne honneur d’être classés « Nasty » en Grande Bretagne, c’est-à-dire qu’ils furent purement et simplement bannis du territoire britannique. Quand on voit ces sommets des tréfonds de la bêtise la plus crasse et la plus malsaine qui soit, joués par des acteurs de troisième plan cherchant à arrondir leur fin de mois dans, passez-moi l’expression, des daubes dantesques, on se demande ce qui a pu passer par la tête des censeurs tant il est impossible de prendre au sérieux un tel amas d’âneries ! Même « Auschwitz » d’Uwe Boll, le réalisateur le plus haï du monde avec ses adaptations complètement foirées de jeux vidéo et ses montages hystériques et épileptiques, est d’une grande qualité cinématographique à côté des productions d’un Bruno Mattei ou Luigi Batzella, besogneux de ces sinistres ouvrages du Septième Art. Si la saga « Saw » livre bien la marchandise côté gore, elle est largement surpassée par d’autres productions, bien plus choquantes et extrêmes, accessibles sur diverses plateformes en ligne et qui ne semblent pas interpeller nos parangons de vertu.

Faudra-t-il nous contenter, pour satisfaire cette soif de cinéma jusqu’au-boutiste, des trop rares productions de Marian Dora, illustre inconnu pour le grand public mais maître incontesté des fans de cinéma extrême et underground et qui ferait passer « Saw » pour une comédie familiale ? Ou chercher du côté du Pays du Soleil Levant avec les mangas et autres animations nippones pour trouver enfin l’originalité et l’absence de tout manichéisme qui manquent tant, résultat d’une vision simpliste et simplifiée du monde venant d’une fabrique de films à la chaîne avec des relents nationalistes et impérialistes ?

Je terminerai cette diatribe contre le cinéma actuel et ses blockbusters par cette citation tirée de « Salò ou les 120 jours de Sodome » que je trouve appropriée et qui pourrait bien sortir de la bouche de ces cinéastes avides d’argent et avares de qualité qui n’attendent qu’une chose : ouvrir notre porte-monnaie pour nourrir la poubelle du cinéma :

« Faibles créatures enchaînées, destinées à notre plaisir, j’espère que vous ne vous attendez pas à trouver la liberté ridicule que vous concède le monde extérieur ! »

Publicités

6 réflexions sur “[Texte] Le 7eme Art ? Non, juste de la production à la chaîne !

  1. En vérité, il existe encore un cinéma engagé et à contre courant des blockbusters, mais ils ne sortent pas au cinéma. Par contre, c’est vrai, les grosses productions ne présentent plus aucun intérêt. Surtout, elles se ressemblent toutes. La mode des super héros frise aujourd’hui l’overdose

    • C’est le problème du cinéma engagé (et j’ai même envie d’englober tout ce qui est engagé et en dehors des clous : presse, photo, documentaire), cela est très difficile d’accès, pour ne pas dire interdit voire censuré. Je pense à bien sûr à « La vie d’Adèle », « Love » ou ‘Nymphomaniac » mais aussi à « Salafiste » qui fait couler de l’encre en ce moment. Et tous les autres que j’oublie… Mais bon… SI je dois prendre mon bâton de pèlerin pour trouver de bons films, tout du moins, des films qui sortent clairement du lot, en ce qui me concerne, ça ne me dérange pas. C’est « juste » regrettable de voir que la masse populaire reste biberonnée à toutes les débilités genre « Superman » ou « Ant-man » et compagnie.

  2. En même temps, c’est le public qu’il faut fustiger. Les producteurs ne font que répondre à une demande. C’est triste mais la majorité du public veut être biberonné de super héros et de robots qui se foutent sur la tronche !

  3. Moi je pensais comme toi il y’a déjà plusieurs années. Je m’étais dis que le cinéma avait été détourné et était passé d’art à industrie. Aujourd’hui, j’en arrive carrément à la conclusion que le cinéma a finalement été peut être dés la base une industrie qu’elle soit de propagande ou de commerciale. J’ai longtemps été un cinéphile acharné mais maintenant je me détourne de plus en plus du cinéma. Je pense que je finirai par m’en détacher complètement avec le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s