Chronique film – spécial Trailers

12185

Bonjour tout le monde! Je vous propose aujourd’hui une chronique un peu spéciale, à savoir une chronique qui vous parlera de trailers! Mais pas de trailers sur des films attendus comme le prochain « 50 Shades » ou « Independance Day 2 » mais des trailers de films undergrounds, en général extrêmes et bien bien trash. Donc, les âmes sensibles sont priées d’aller faire un (grand) tour. J’ai visionné ces trailers mais pas les films (souvent introuvables), je ne pourrai pas émettre de vrai jugement ou une analyse approfondie. Néanmoins, j’avais envie de parler un peu de ces films.

Donc, let’s go pour un petit paranorama de l’enfer que l’on peut trouver sur pellicule! Je sais qu’on ne peut juger de la qualité d’un film sur son trailer (souvent de 3 à 4 min) mais croyez-moi, ces trailers annoncent si bien la couleur qu’on sait de suite si on va tenter ou non l’expérience.

profane

The Profane exibit

Réalisateurs : Uwe Boll, Ruggero Deodato, Richard Stanley, Marian Dora, Sergio Stivaletti, Ryan Nicholson, Yoshihiro Nishimura, Nacho Vigalondo, Todd Schneider, Andrey Iskanov, José Mojica Marins, Anthony DiBlasi
Genre : Anthologie, extrême (int moins 18ans)
Date de sortie : 2013

Résumé

Profondément dans le ventre de Paris il existe un club réputé comme la maison d’un secret, une société de gens étranges. Au début, il cela ressemble à club Sm/fétichiste ordinaire ou une discothèque gothique, mais à l’intérieur du bâtiment caverneux se trouvent nombreuses pièces cachées, dont l’une est connu sous le nom de « La Chambre des Morts », un lieu de rassemblement privé des personnes les plus riches et les plus tordus dans le monde. Leur hôte est la fois élégant et effrayante Mme Sabatier. Pour leur amusement morbide, chacun leurs tours, chaque membre récitera un conte de la dépravation pour le moins réel.

Mon avis

Un trailer des plus alléchants (!) et pas uniquement pour les réalisateurs qui se retrouvent à nous proposer de courts métrages avec pour l’horreur et le trash pour étendards. En effet, on y retrouve Deodato (le réal de Cannibal Holocauste), Iskanov (Philosophy of Knife), Uwe Boll (House of Dead, Rampage), Marian Dora (Debris Documentar, Melancholie Der Engel) pour ne citer que ceux que je connais. Bref, que du beau monde (!). Si le trailer semble commencer sur une jolie chanson, on nous annonce la couleur : torture avec charcutage de langue, mastubation pendant une autopsie, éméthophilie font en partie des joyeusetés des dix segments qui composent cette anthologie. Pour la petite anecdote, Marian Dora fut le premier à rendre son film mais celui-ci étant jugé trop extrême (!!!), il dut en produire un autre.

Un film que je ne désespère pas de trouver un jour.

Vomit Gore 4 : Blackmass of the nazisex wizard

Réalisateur : Lucifer Valentine

Résumé :

Dernier film de la quadrilogie Vomit Doll, un film qui parle… ben de vomi. (désolée, je ne trouve pas de vrai résumé pour ce film)

Mon avis

Dans le genre « trailer qui vous donne la migraine », je vous présente le dernier film de Lucifer Valentine. Quatrième film tournant autours de l’émétophilie (paraphilie qui concerne la régurgitation… Ah, et si vous venez de finir de manger, bon appétit bien sûr), j’ignore si le film est comme le trailer, une sorte de montage épilectico-hystérique mais c’est bien un film que je ne regarderai pas. Bon, ça n’a pas l’air de voler bien haut déjà mais ça fait clairement de la surenchère dans l’ignoble. L’intérêt d’un tel « film »? Je n’en vois pas si ce n’est que le réalisateur cherche à combattre ses démons intérieurs.

 Un film que je vais éviter (sauf si on me trouve de solides arguments mais j’en doute).

b110

Réalisateur : Marian Dora/Art Doran

Résumé

Dorian est un homme sans histoire, employé dans une usine de composte. Un jour, une  grosseur se déclare au niveau de son ventre. Verdict : un cancer du côlon, le carcinome. Dès lors et à mesure que son état physique se délite, son comportement change radicalement et son esprit sombre dans une démence autodestructrice qui va le conduire à sa perte.

Mon avis

A voir absolument, d’autant que la chronique d’Inthemood sur cinemachoc est plus qu’élogieuse. J’ai eu l’occasion de voir deux oeuvres de Marian Dora, Cannibal et Debris Documentar et croyez-moi, ces films sont des perles de l’extrême. Le trailer de ce dernier film ne semble pas faire exception : ambiance glauque et poisseuse, musique grandiloquente mais soignée, opposition nature/face sombre de l’homme, bref, tout ce qui fait le génie de Dora.

20141213034723-agp111

Réalisateur : Stephen Biro

Résumé 

Deux jeunes femmes sont enlevées en pleine rue. Emmenées dans une sorte de hangar, elles vont assistées, totalement impuissantes, à leurs propres démembrements par des trois hommes masqués qui agissent pour le compte d’une mystérieuse organisation.

Mon avis

Un trailer qui envoie du lourd et promet un film 100% gore 100% trash. Très bien noté par Inthemood, je n’ai pas encore eu le temps de le visionner mais le trailer en dit assez sur ce qui nous attend avec un réalisme qui fait froid dans le dos.

58eeb0ce055bfc60e0c0c5a213c58258

Réalisation : Marco Malattia

Résumé :

Difficile de résumer Chanel 309 et No vaseline qu’il s’agit de films pornographique qui ne sont qu’une succession de sévices et déviances sexuels très gratinés couchés sur pellicule.

Mon avis

Comment dire… Je vais être directe : ce n’est que rarement que des trailers ne m’auront autant rebutée. Il est clair que je ne les regarderai pas. Néanmoins, je suivrai de près les chroniques de cinemachoc sur No Vaselin et l’autre film de Marco Malattia.

Publicités

7 réflexions sur “Chronique film – spécial Trailers

  1. Merci encore une fois de référencer le blog via cet article. Quant à la tétralogie Vomit Gore de Lucifer Valentine, elle sera évidemment abordée sur Cinéma Choc !

    • Mais c’est tout naturel, j’ai découvert beaucoup plus de films grâce à l’équipe de cinémachoc que jamais auparavant.
      Même si je ne regarderai pas Vomit Gore, je suivrai avec intérêt les chroniques ^^

  2. Salut Gossip, merci de citer CC et mes chroniques mais tu sais, ce ne sont pas des paroles d’évangile. Pour The profane exhibit, je n’ai toujours pas trouvé le dvd, ni rien du tout, ce qui est invraisemblable. Pour la vomit 4 logie de Valentine, Olivier se chargera des chros mais tu peux oublier, c’est très mauvais. Pour du lourd question émétophilie, attend le 8 mai. En ce qui concerne Carcinoma et American guinea pig, je maintiens mes notes et mon avis, deux très belles oeuvres extrêmes. Reste No Vaseline que je n’ai pas encore reçu et que je ne chroniquerai pas. Pourquoi? Réponse le 5 avril…

    • Coucou!
      C’est normal de citer tes chroniques et, je maintiens que tu restes une référence en matière de films. je suis toujours impatiente de pouvoir lire tes articles.
      Si tu trouves The Profane Exibit, tu pourras me tenir au courant?
      Il faut vraiment que je regarde Carcinoma et American Guinea Pig.

      Et vivement les réponses sur le fameux film de no vaseline, no chronique ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s