Chronique film – The Taming of Rebecca

Taming of Rebecca (1982)_001

Genre : pornographique, trash, extrême, hardcore (interdit aux – 18 ans avec avertissement)
Année : 1982
Durée : 1h21 (version uncunt) 67min (version que j’ai vue)

Résumé

Rebecca est une jeune femme sexuellement abusée par son père qui pratique régulièrement sur elle, des violences physiques. Elle trouve refuge dans un foyer pour mineurs victimes d’abus. Hélas pour elle, il s’avère que Dean Minindao, le directeur de l’établissement, est un détraqué notoire qui fait régner la terreur parmi ses pensionnaires. Pour Rebecca, il est trop tard pour faire machine arrière. Bienvenue en enfer…

Mon avis

Tout d’abord, avant même de vous livrer mon avis, je vous recommande (oui, encore mais qu’est-ce qu’elles sont excellentes!) la chronique d’Inthemoodforgore sur Cinema Choc.

Alors, malheureusement, la version que j’ai vue est amputée de ses meilleures moments (!!!). Néanmoins, il n’en reste pas moins un film extrême, pornographique, totalement déconseillée aux âmes sensibles.

Pour être honnête, j’ai longuement hésité à le regarder, la chronique d’Inthemood me faisant me demander si ce film ne constiturait pas une de mes limites en matière de visionnage. J’ai finalement cédé à la curiosité il y a deux semaines environ et je me décide enfin d’en rédiger la chronique.

Tout d’abord, petit rappel pour bien recontextualiser The Taming of Rebecca. Nous sommes au début des années 80. Depuis Deep Throat (Gorge profonde), la vague porno chic semble régner sans partage dans le monde particulier des productions pornographiques. Cependant, il existe bien des productions pornographiques qui choisissent volontairement de proposer du porno crade et glauque qui fleure bon (!!) les sévices sexuels bien gratinés, loin des productions soignées d’un The Devil in Miss Jones. Ces productions sont appelés roughies et c’est la firme Avon qui est coupable de ses petites perles d’insanités. The Taming of Rebecca est la production la plus connue mais il en existe évidemment d’autres comme le poétique  (!!) Water Power ou Forced Entry, très bien placés dans le top des ignominies couchées sur pellicule.

Evidemment, la version tronquée et tous les cauchemards filmiques qui surpassent désormais The Taming semble rendre ce dernier bien fade, la patine du temps n’ayant  en plus absolument pas bonifié cet étendard du vice. Néanmoins, The Taming reste une étrange expérience de visionnage. Si, au départ, ça me donnait l’impression d’un porno de facture classique, l’amateurisme, ces personnages qui ne sortent pas du agence de mannequinat, en particulier le directeur fou, le thème musical deHalloween (!!!!)  de John Carpenter, le décor des plus sommaires, on sent bien une ambiance malsaine et sordide dans le film.  Bien que les pires abominations du film soient tronquées dans la version cut, ce n’est pas le film qui censé vous filer le gourdin mais plutôt la gerbe.

En conclusion, si The Taming est désormais totalement dépassé, ce film n’en annonce pas moins ces productions pornographiques qui cherchent à faire dans le plus outrancier, le plus putassier. Et enterrer définitivement le porno chic.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique film – The Taming of Rebecca

  1. Si tu l’as vu sur xhamster, je confirme, la version est tronquée de plusieurs précieuses minutes, les plus trash évidemment. Pour le reste, pour ce que j’en ai vu, je trouve le montage trop foutraque et amateur pour que je puisse éventuellement le mater dans son intégralité.

  2. à gossip: le thème musical est de JOHN Carpenter et non pas de « Chris » Carpenter, ma choupinette. Sinon, jolie petite chronique sur un film tronqué. De toute façon, inutile de fantasmer sur les roughies, il y a bien pire à présent. Le pire est à venir…

    • Oupss!! Merci d’avoir relevé cette énorme erreur!! /*meurt de honte… je sais pas pourquoi Chris Carter a voulu s’immiser dans la musique de John*/
      J’ai pu voir qu’en effet, Oliver et toi annonciez une énorme bombe nucléaire qui doit tout fracasser sur son passage. Je suis au taquet à sa sortie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s