Chronique film – American Nightmare (La Purge)

21010443_20130802122346322

Réalisateur : James DeMonaco
Année : 2013
Genres Thriller, Epouvante-horreur
Durée : 1h26 (interdit -12 avec avertissement)

Résumé

Dans une Amérique rongée par une criminalité débridée et des prisons surpeuplées, le gouvernement a donné son accord pour qu’une fois par an, pendant 12 heures, toutes activités criminelles, meurtres inclus, soient légalisées. La police ne peut intervenir. Les hôpitaux suspendent leurs services. Une nuit durant, les citoyens sont à même de définir leurs propres règles et de faire leur propre loi, sans avoir à craindre de sanctions. Au cours d’une telle nuit hantée par la violence et le crime, une famille va devoir faire un choix – bourreau ou victime ? – face à un inconnu venu frapper à sa porte.

Mon avis

Après une longue période sans chronique et sans article tout court, je reviens pour vous proposer une toute nouvelle chronique sur un film dont le 3eme épisode sort tout juste dans les salles obscures, à savoir American Nightmare, La Purge en VF.

Je vais être directe, ce film n’est pas un film extrême, choc ou choquant dans la lignée de ceux que je vous ai parfois proposés. Néanmoins, il offre une réflexion et une vision sur un futur peut être pas si éloigné que ça.

Critique mitigée tant du côté presse que du côté spectateur, il faut dire qu’avec un tel postulat, la violence légalisée durant 12heures comme solution face à la criminalité et au chômage dans un pays en crise et en banqueroute morale, le film risquait aisément de sombrer dans de nombreux pièges, en particulier celui d’une fin angélique, totalement en inadéquation après le déchaînement de violence l’heure précédente. Soyons honnête, ce film accumule de nombreux défauts : qualité inégale du jeu des acteurs, personnages souvent caricaturaux, clichés à gogo, postulat qui vire au home invasion, happy end totalement ridicule et risible, bourrée de mièvrerie, bref, il ne part pas gagnant dans la catégorie des films qu’il faut voir.

Cependant, c’est un film qui m’a accroché d’une certaine manière. Alors, certes, ce n’est pas le film de l’année 2013 (l’année de sa sortie) mais il propose quand même une version moins reluisante de l’Amérique. Le rêve américain s’est transformé en cauchemar, d’où le titre. Pour défendre sa prospérité, les nouveaux pères fondateurs sont prêt à renier les valeurs d’humanisme en laissant la rage et la haine (et même, plus simplement, la cruauté et le sadisme gratuit) s’exprimer le plus librement possible, se cachant derrière une criminalité et un chômage en baisse les 364 autres jours de l’année qui justifiraient la purge ce jour particulier.  A l’heure où les USA sont secoués par des tensions intercommunautés et, d’une manière plus globale, la violence tant par la parole que par des agressions physiques filmés et diffusés sur les réseaux sociaux sans aucun complexe, sans parler des derniers attentats, qui semblent se libérer et atteindre un point de rupture, American Nightmare pourrait devenir la nouvelle tentation d’un monde toujours plus égoïste, toujours plus indivualiste, proche de l’implosion et dont les valeurs ne trouvent plus d’écho dans une population totalement désabusée et qui ne sent plus écoutée. Derrière les slogans patriotiques voire nationalistes et les discours pré et post-purge, on y décèle une certaine jubilation de la part des autorités qui affichent sans complexe le fait notamment de se débarasser des élèments qu’ils considèrent comme nuisibles sans pour autant se salir les mains ou du marché des armes toujours plus florissants. Les extraits en voix off du générique de fin qui soulignent entre autre qu’il « reste 364 longs jours avant la nouvelle purge » démontrent avec quelle facilité les gens comme les gouvernements peuvent s’accommoder  de telles décisions qui sont en contradiction avec les principes démocratiques. Autre phrase assénée qui renforce ce propos, tant dans ce premier film que dans le suivant, à savoir : « c’est le gouvernement qui m’en donne le droit (de tuer qui que ce soit pendant cette fameuse nuit ». Déresponsabilisation totale. Si le gouvernement a sa part de culpabilité dans les nombreuses morts en ayant légiférer pour qu’une telle nuit puisse avoir , les citoyens eux-mêmes portent cette part de culpabilité, puisqu’ils ont le choix de ne pas tuer, sans doute, est-ce là la raison de la fin avec la décision de la mère de famille (Lena Headey), l’un des rares persos a tiré son épingle du jeu, (très différente de ses rôles en Reine de Sparte dans 300 ou en Cersey Lannister de la série Game of Throne, j’avoue que sur le coup, je l’avais pas reconnue) d’épargner ceux qui voulaient la tuer ainsi que ses enfants par pure jalousie (et en effet, on est loin de la Cersey qui fait tout péter avec un sourire satisfait dans le dernier épisode de GoT… bref… laissons les habitants de Westeros et revenons à nos braves citoyens américains…).

Revenons un peu sur cette fin considérée par nombre de spectateurs comme décevante par rapport au reste du film. En effet, on ne pouvait que s’attendre à un final apocalyptique après la nuit d’horreur vécue par la famille qui croyait être protégée par une sécurité sophistiquée. Résultat, une fin au goût d’inachevé sur une note d’optimisme de la nature humaine qui a pourtant montréle pire d’elle-même. Mais, avec du recul, le choix pris par la mère de famille n’est peut être pas dénué de logique, en tout cas par rapport au message délivré par le film. Après, il est vrai que la mièvrerie des dernières minutes n’a pas servi le film.

Enfin, dernier point, pas lié au premier film mais à la sortie du 3eme opus, qui d’ailleurs avait un sérieux concurrent, à savoir Independance Day : Resurgence, une franchise totalement à l’opposé d’American Nightmare. Ironie du cinéma, hasard, je ne le sais pas du tout. En tout cas, le timing était suffisamment amusant pour être signalé.

En conclusion, American Nightmare : The Purge possédait un véritable potentiel qui, malheureusement, a été gâché par les nombreux défauts pré-cités.

Publicités

3 réflexions sur “Chronique film – American Nightmare (La Purge)

  1. Toujours pas vu allors que le film est largement disponible sur le net. Une critique assez mitigée. Si je tombe dessus, pourquoi pas mais pas une priorité

    • Oui, je suis assez mitigée, comme je l’ai dit, le postulat est vraiment intéressant, le traitement l’est malheureusement beaucoup moins. C’est d’autant plus regrettable. J’ai d’ailleurs préféré le 2eme opus même si la fin est assez proche en terme de mièvreries du premier. J’attends pour voir le trois opus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s