Chronique Musique – concert/Album Live – Epica Retrospect 10th Anniversary

Sortie : 12 novembre 2013

Enregistré : 23 mars 2013 à Eindhoven (Pays-Bas)
Durée : 2h59
Genre : Metal symphonique

Retrospect est le 3eme album live du groupe de Metal Symphonique Epica, album et DVD réalisés suite au concert des 10ans du groupe à Eindhoven aux Pays-Bas, le 23 mars. A cette occasion, l’orchestre de chambre hongrois Reményi Ede et le choeur du théatre nationale de Miskolc ainsi que des invités telles Floor Jansen (Nightwish) accompagnent le groupe.

Membres du groupe

Simone Simons – chanteuse, mezzo-soprano
Mark Jansen – Guitare rythmique, chant guttual
Isaac Delahaye – guitare, choriste
Rob van der Loo – basse
Coen Janssen – synthétiseur, piano
Ariën van Weesenbeek – batterie, chant guttual

Liste des chansons (présents aussi sur les CDs)

CD 1

1. Introspect
2. Monopoly on Truth
3. Sensorium
4. Unleashed
5. Martyr of the Free World
6. Chasing the Dragon
7. Presto
8. Never Enough
9. Stabat Mater Dolorosa
10. Twin Flames

CD 2

1. Serenade of Self Destruction
2. Orchestral Medley
3. The Divine Conspiracy
4. Delirium
5. Blank Infinity
6. The Obsessive Devotion
7. Retrospect
8. Battle of the Heroes & Imperial March
9. Quietus
10. The Phantom Agony

CD 3

1. Cry for the Moon
2. Sancta Terra
3. Design Your Universe
4. Storm the Sorrow
5. Consign to Oblivion
6. Outrospect

Mon avis

Pour ce nouvel article, je vous propose une chronique un peu spéciale, dédiée à un concert, auquel je n’ai pas assisté en direct mais que j’ai pu visionner grâce au DVD.

Il n’y a pas à dire, Epica a mis les petits plats dans les grands pour son 10eme anniversaire. Le show est juste incroyable et parfaitement millimétré. 70 musiciens classiques (violonistes, violoncellistes et autres), une chorale plus le groupe, on peut dire que ceux qui ont assisté en direct au concert en ont eu pour leur argent. Epica ne s’est pas moqué d’eux.

Simone Simons est au sommet de sa forme et de sa voix même si je pense qu’elle aurait pu monter sa voix d’une octave (après, je ne critique pas, maintenir l’ambiance de fête, danser, le headbang tout ça tout ça, elle a dû ménager ses cordes vocales, ce qui se comprend parfaitement). Les autres membres du groupe ne sont pas en reste. Les musiciens classiques et la chorale sont également incroyables et les passages classiques mêlés avec de la guitare (notamment Presto qui est une interprétation de l’Eté de Vivaldi) montrent, pour moi, que Metal et musique classique sont parfaitement compatibles.

Le choix des chansons dont beaucoup sont les « tubes » du groupe comme Unleash, Sensorium, Cry for the moon ou, évidemment, le magnifique Phantom Agony sont toujours aussi magnifiques.

En conclusion, un seul regret : ne pas avoir pu m’y rendre tant le spectacle en vaut le coup d’oeil. En espérant que si je me rends à un prochain Hellfest, Epica y soit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s