Chronique Anime – Hakuouki Shinsengumi Kitan (saison 1)

500502

Type : Anime (série)
Année : 2010
Durée : 12 épisodes de 25 min
Genre : Aventure, romance, harem inversé, samouraï

Résumé

Yukimura Chizuru est la fille d’un docteur qui travaille à Edo, Yukimura Kōdō. Un jour, le père part d’Edo, sans sa fille, afin de travailler en tant que médecin volontaire à Kyoto. N’ayant plus de nouvelles depuis un mois, elle décide de se déguiser en garçon et d’aller à Kyoto. Là-bas, pendant la nuit, elle se fait attaquer par des voleurs, ensuite tués par d’étranges guerriers aux cheveux blancs et aux yeux rouges portant les couleurs du Shinsengumi, les Rasetsu (démons sanguinaires originaires du folklore indien). Ceux-ci, devenus fous, attaquent Chizuru, mais elle est sauvée par trois samouraïs appartenant au Shinsen gumi, une force de police spéciale composée de rônin et de samouraïs de faible rang social, mais tous jeunes idéalistes et guerriers talentueux ; ils sont chargés par le seigneur d’Aizu et l’Empereur de patrouiller dans les rues de la capitale pour protéger la population des troubles causés par les samouraïs du fief de Choshu et les bandits qui abondent dans les rues. Chizuru se fait enlever, bâillonner et attacher par Okita Sōji la séquestrant dans une chambre du Shinsengumi, ils menacent de la tuer, croyant que Chizuru est un garçon. Elle donne vite son identité et il se trouve qu’ils recherchent la même personne. Ils décident donc de la protéger et de l’aider à retrouver son père. Elle se liera par la suite d’amitié avec eux bien que leur relation ait mal commencé.

Mon avis

Chronique réalisée dans le cadre de Movie/Serie/Book Challenge 2017

Pour le challenge lancé par Tinalakille, je vous propose cette chronique qui correspond à deux défis : Un film/série/livre d’un réalisateur/écrivain asiatique et Un film/série/livre qui se déroule avant le XXe siècle.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de partager sur le blog un de mes animes préférés, à savoir Hakuouki Shisengumi Kitan. Cette oeuvre a d’abord été à l’origine un jeu vidéo de type simulation et jeu de drague que, malheureusement, je n’ai pas pu tester (il n’est pas disponible en France et je n’ai pas de console) qui s’est vu adapté en série animée de trois saisons : celle de la chronique, Hakuouki Hekkesturoku, Hakuouki Reimeiroku et une série d’OAV Hakuouki Sekkaroku dont chaque OAV se concentre sur un personnage en particulier de la série.

Se basant sur une période cruciale de l’histoire du Japon, appelé le Bakumastu ou les derniers feux du Shogunat qui marqua près de deux cent ans de règne absolu sur le Japon, de son isolationnisme part rapport au reste du monde et où l’empereur n’avait qu’un rôle anecdotique, Hakuouki relate l’histoire réelle du Shinsengumi, milice au service du Shogun, basée à Kyoto, alors capitale impériale, et composée de ronin ou samouraïs sans maître. Le Shinsengumi est surtout célèbre pour son respect strict du code du guerrier, le Bushido qui obligeait automatiquement le seppuku lorsqu’un samouraï manque au respect des règles édictées par le Shinsengumi.

Cet anime qui, se basant sur l’histoire de cette terrible milice (on disait que le sang n’a jamais cessé de marquer les rues de la ville), introduit également des éléments fantastiques issus du folklore nippons comme les Oni (démon) mais aussi des références à l’Occident avec l’eau de Jouvence. Cela permet de rajouter un côté mystérieux à une ambiance nostalgique d’une époque révolue et qui, encore, aujourd’hui semble faire rêver et dont la fascination est source de créativité pour nombre de mangakas ou réalisateurs nippons.

Cet anime possède de solides arguments avec un graphisme soigné, une bande son vraiment très agréable. Les personnages, y compris Chizuru, sont attachants. Les créateurs ont su rendre le côté charismatique qui caractérisait le personnage de Hijikata.

D’un point de vue de la fanficqueuse que j’étais, Hakuouki a été une vraie source d’inspiration et pour laquelle j’avais créé une OC et d’ailleurs, encore aujourd’hui, me fournit nombre d’idées d’écriture.

En conclusion, cette première saison est une saison agréable à regarder et permet de se plonger dans une période trouble de l’histoire du Japon.

Publicités

Une réflexion sur “Chronique Anime – Hakuouki Shinsengumi Kitan (saison 1)

  1. Pingback: Movie/Serie/Book Challenge 2017 | Le fourbi de Gossip Coco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s