Chronique film – American Nightmare 3 : Elections

4807810lpw-4807890-jpg_3679232

Réalisation : James DeMonaco
Scénario : James DeMonaco
Genres : Action, horreur, science-fiction, thriller (Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement)
Durée : 109 minutes

Résumé

En 2022, une fillette assiste impuissante à la mort de sa famille durant la Purge annuelle.

18 ans plus tard, la tradition américaine, la Purge, prend des proportions inégalées lorsque des touristes viennent d’autres pays pour participer à la Purge. Prenant une ampleur considérable, la Sénatrice Charlene Roan demande au gouvernement conservateur d’abolir la Purge. Provoquant un scandale auprès de ces derniers et craignant pour sa sécurité, la Sénatrice se voit protégée par l’ancien officier de police Leo Barnes qui est promu chef de la sécurité. Alors que la Sénatrice est à la tête de la prochaine élection présidentielle en raison de son souhait d’éliminer la Purge, le gouvernement tentera de s’en débarrasser. Pendant la nuit qui devrait être la dernière Purge, une trahison au sein du gouvernement oblige Barnes et Roan à se mettre à découvert en pleine rue durant la nuit, où ils devront se battre pour leur survie face aux américains et aux touristes qui souhaitent libérer leurs pulsions les plus meurtrières.

Mon avis

Et voici la troisième chronique sur la saga d’American Nightmare. Alors, autant le dire tout de suite, elle ne sera probablement ni très longue ni très analytique comme le furent les deux précédentes. Néanmoins, ce film est le plus politique des trois sortis jusqu’à présent et, sans doute, le plus engagé. Ironie de l’histoire, la sortie de la Purge 3, baptisé Elections a trouvé un curieux parallèle puisque cette même année a vu des élections américaines où le débat n’a pas été des plus élévés, sombrant souvent dans le pugilat et le ridicule pour s’achever avec l’élection prévisible de Trump. Bien que se défendant de toute influence, DeMonaco n’a pu faire taire l’idée que son film s’est nourri de cette ambiance et des personnages pour la réalisation du troisième volet de son univers.

Si ce troisième volet reprend peu ou prou les grandes lignes du second volet en les faisant coller à la survie de Barnes et Roan, la fin fait davantage penser à un pur film d’action où le côté survival semble mis de côté pour se concentrer sur l’élimination de l’équipe de commando chargé de s’occuper de la sénatrice. Néanmoins, le réalisateur, assez maladroitement d’ailleurs, tente d’injecter son message politique et même un message à connotation religieuse où les textes saints sont totalement dévoyés pour servir la cause de la Purge. C’est d’ailleurs là aussi, le même défaut qu’on retrouve dans chacun des American Nightmare : un postulat de base qui propose une idée des plus originales mais est totalement noyé dans un mélange de survival, action et thriller. Les films n’ont jamais su transcender le sujet d’origine et c’est fort regrettable.  Autre chose passé à la trappe alors qu’il y avait un énorme réservoir à idées : les fameux « touristes du meurtre » venant du monde entier pour vivre la Purge. Là aussi, il y avait un potentiel qui se résume à quelques minutes. Regrettable !
Un point positif : des purgeurs de plus en plus stylés avec des mises à mort qui tentent de nous rappeler ce qu’est la Purge (on notera le passage trop court… que dis-je, aussi furtif qu’un chat ninja, de l’utilisation de la guillotine). Mais là aussi, ils sont anecdotiques par rapport finalement au rôle qu’ils ont dans la réalité.

En conclusion, ce American Nightmare 3 : Elections se situe dans la lignée du 2 mais malheureusement, là aussi, il n’arrive pas corriger pleinement ses défauts.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique film – American Nightmare 3 : Elections

  1. Le 1 m’avait déplu, je l’avais trouvé assez débile mais finalement après avoir vu le 3 (par hasard, je n’ai donc jamais vu le 2), j’ai pratiquement envie de revoir le premier, peut-être l’ai-je jugé un peu sévèrement. Le 3 n’est pas un chef-d’oeuvre, il est certain qu’il a ses défauts (que tu as soulignés). Mais je l’ai tout de même trouvé, à sa façon, pertinent et assez divertissant. Je m’attendais vraiment à une grosse daube, c’est pas le cas malgré ses défauts.

    • Le 3eme opus est loin d’être un bide mais il reste, à mon avis, inférieur au 2nd volet qui reste, et de loin, le meilleur de la franchise. On sent que DeMonaco parvient mieux à exprimer le concept, les tenants et les aboutissants de la Purge même s’il passe quand même à côté du potentiel de son sujet.
      Le 1er épisode a trop viré au home invasion et c’est le défaut finalement du film puisque la purge n’est qu’un prétexte et non plus le vrai fil conducteur de l’intrigue.
      Je sais qu’un 4eme film est dans les cartons et qu’il devrait être la préquelle de la saga.
      Si tu veux mon avis, je pense que l’idée aurait beaucoup mieux exploitée non pas en format film mais en format série avec un pilot un peu plus long, histoire de faire apparaître les personnages clés comme Bishop, Leo etc et chaque épisode se serait vraiment concentré sur un aspect en particulier de la purge (le côté et la raison d’être des purgeurs, bien évidemment, mais aussi, par exemple, les intérêts des politiques pour cette nuit etc).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s