Commentaires et système de modération – Rappel

Alors, vu que c’est la première fois (mais faut bien que ça arrive un jour), j’ai envie de faire un petit rappel du système des commentaires sur WordPress.

  1. Le système de modération N’EST PAS de la censure. Il permet d’éviter que les spams ou les commentaires remplis de pubs du type « on a un super crédit chez Machin truc bidule etc » envahissent les espaces commentaires. Peut être que sur d’autres blogs, il est désactivé  mais MOI, j’ai fait le choix de le mettre et de prévenir en amont de ces désagréments. J’ai une expérience certaine des choses positives comme négatives des espaces commentaires. Et par principe, je mets TOUJOURS le système de modération par défaut.
  2. Personnellement, hors les spams ou autres commentaires pubs, je ne censure JAMAIS un commentaire, même s’il est désagréable voire insultant. MAIS je ne suis pas 24/24 sur mon ordi ou sur internet. Alors c’est normal que je ne puisse pas approuver dans les 21 secondes qui suivent le ou les commentaires. J’ai aussi une vie en dehors d’internet. Donc, merci de patienter si votre commentaire ne semble pas être « passé ». Je n’ai juste pas encore eu le temps de le faire. En revanche, si la même personne revient troller pour le plaisir de me faire chier, alors oui, je la bloquerai, à contre coeur mais je le ferai. J’estime que la vie réelle est suffisament compliquée comme ça, pas besoin de venir me prendre la tête pour un truc virtuel. Solution simple mais radicale.
  3. Mes parents m’ont toujours appris à dire « Bonjour, s’il vous plait, merci et au revoir », surtout quand on rencontre des gens pour la première fois. Les mêmes règles de politesse s’appliquent également sur le Net. Ce n’est pas parce qu’on est sur le Toile qu’on doit se comporter comme des sagoins.
  4. Mon blog WordPress n’est pas Facebook ou Twitter. Les articles me prennent du temps à la rédaction comme les personnes qui prennent le temps de les lire et laisser un petit commentaire, même s’ils ne sont pas forcément d’accord avec moi. Au contraire, c’est aussi l’intérêt de pouvoir échanger et débattre autours d’un film, livre ou même autours d’une palette de maquillage. Si c’est juste pour venir troller, ne pas attendre que le commentaire passe puis crier à la censure, ne vous étonnez pas de devenir indésirables partout où vous passez, y compris ici.

Voila, c’était quelques points sur les i que je voulais faire ce matin.

Publicités

Billet d’humeur – Être aux portes de l’embauche et rater la marche

Businesswoman using digital tablet in lobby

Mes idées ne sont pas très ordonnées alors je m’excuse par avance si c’est à la limite du compréhensible…

Aujourd’hui était une journée qui comptait beaucoup à mes yeux ; j’avais obtenu de pouvoir me présenter à une réunion de recrutement chez ERDF. Je n’avais pas été sélectionnée l’année dernière et l’obtenir cette année a été pour moi un moment d’espoir. Non, en dépit de mon parcours scolaire, disons, chaotique, je peux quand même trouver un job.  Malgré mon harcèlement à Pôle Emploi pour m’aider à me préparer à cet entretien, impossible d’avoir un rendez-vous. Je me présente à la réunion sans m’être vraiment préparée, total free lance quoi, et, évidemment, très angoissée. La première partie a été une présentation de l’entreprise et des postes proposés. Jusqu’à là, rien de bien extraordinaire… Tout à coup, l’un des recruteurs nous expliquent que les 20 candidates présentes, moi incluse (ils veulent une meilleure parité) ont été sélectionnées sur un millier de profils. PUTAIN! La grosse pression dans ma tête. Non, je ne dois pas foirer cette chance, j’ai fait en plus des études techniques (alors que j’aurai tellement préféré faire des études littéraires mais bon, ma chère prof d’italien en 2nd m’en a empêché… tant pis, ce qui est fait est fait, je ne vais pas regretter mes choix maintenant.).  Bref, je m’efforce de me convaincre que je peux décrocher un poste de technicien polyvalent (l’équivalent d’un ouvrier) à défaut du chargé d’affaire (qui correspondait plus à mon profil mais ne soyons pas trop gourmand).

Après cela, je suis dans les premières à passer dans l’entretien individuel et là, c’est la grosse catastrophe. J’ai l’impression que ces 20 minutes ont été les plus ridicules de ma vie, débitant des trucs sans aucune originalité, incapable de me « vendre », me piégeant moi-même sur mon parcours, notamment : « comment ça se fait que vous n’avez pas travaillé dans votre domaine? », question à laquelle je n’avais qu’une envie de répondre : « faut bien remplir sa gamelle! ». Et le pire de tout, dans ces moments-là, pourquoi j’entends ces petites voix qui me disent : « je ne te vois pas faire ce travail »,  » tu n’y arriveras jamais », ré-entendre dans ma tête tous ces gens qui, au mieux, doutent de vos choix, soi-disant parce qu’ils « vous connaissent bien » (mon c*l!) au pire,  n’ont même pas confiance en vous-même et en ce que vous êtes (à mon avis, ça n’a pas le même impact), c’est juste atroce à vivre, surtout quand c’est le dernier truc dont on a besoin. Je suis sortie de cet entretien dans un état à la fois d’énervement et à la fois totalement abattue, avec la sensation d’être vraiment nulle. Et cerise sur le gâteau, je ne peux pas faire un pas dehors sans que je sois solicitée pour des dons, des machins et des trucs (voilà pourquoi je déteste Lyon et les grandes villes, désormais).

Bref, je me sens encore mal, j’avais besoin de sortir tout ça.

Coup de gueule/billet d’humeur – Non, la musique ne rend pas débile!

Après un mois sans avoir posté quoique ce soit (et avoir quand même foiré mon Nano), j’ai décidé de reprendre mes articles sur mon WP avec un coup de gueule.

Comme vous le savez tous, avec les attaques terroristes qui ont endeuillé notre pays, certaines choses qui nous semblaient parfois lointaines ou le fait des quelques individus isolés sont apparues en vérité bien plus proches et plus répandues que l’on ne le croit. Je n’aime absolument pas parler de religion ou de politique, mais parfois, certaines choses me touchent de telle sorte qu’il devient inévitable que la question ne puisse entrer en scène. Je tiens à souligner quelque chose : je ne suis pas là pour attaquer des personnes croyantes, pratiquantes ou non, ou même une religion mais des propos bien précis tenus par des personnes bien précises. En aucun cas, je ne généralise à toute une population des propos tenus par une seule personne. Et aujourd’hui, j’ai envie de revenir sur quelque chose qui m’est chère, la musique. Et j’ai envie de défendre l’art musical, quelque soit la forme qu’elle prend.

L’article en question qui m’a fait réagir dans ce billet -> Attentats : le cardinal Barbarin «consterné» par la tribune d’un prêtre de Fourvière

En le lisant un tel article et les propos de ce prêtre sont effrayants d’une intolérance crasse et semblent être comme un sorte d’écho aux propos d’un imam autoproclamé qui prétend devant une assemblée d’enfants que « la musique transforme en porc ou en singe ». En tant qu’amoureuse de la musique, que ce soit la musique dite « classique » au Metal en passant par la variété, la musique purement commerciale, l’électro ou même quelques chansons rap et affiliées, mais aussi en tant que pianiste amatrice, n’ayons pas peur du mot, je me sens insultée. Je vais sûrement dire une chose éculée mais la musique reste une forme et une expression artistique et, par conséquent, l’appréciation de sa forme reste purement subjective d’autant que les modes et les goûts évoluent au fil du temps. Autre vérité usée mais tellement vraie et à rappeler, il y a quand même une énorme différence entre ne pas apprécier tel ou tel genre musical et dire que « ce type de musique, c’est de la merde! », « c’est la musique du diable » ou d’autres élucubrations sorties de cerveaux sacrément atteints. Personnellement, je n’aime pas du tout Justin Bieber, sa musique ne me touche pas mais je ne vois pas l’intérêt de cracher sur ses fans en les traitant avec mépris et condescendance, comme j’ai pu le lire parfois. Comme on dit, les goûts et les couleurs…

Au delà du fait absolument scandaleux que ce prêtre ose comparer et mettre en parallèle les victimes des attaques terroristes à la bande de timbrés psychopathes qui ont massacré ces mêmes victimes, sous-entendant qu’elles ont mérité leur sort par leur mode de vie et/ou leurs goûts musicaux, (!!!) il fallait oser quand même. La connerie humaine m’étonnera toujours. On retrouve ces  mêmes attaques qu’on entendait déjà il y a quelques décennies sur les Beatles ou les Rolling Stones, en particulier donc sur le rock, le Metal et toutes les composantes de ces styles de musique, de la part de groupes soi-disant religieux qui veulent absolument régenter les vies de populations, ce qu’elles doivent aimer, pas aimer, manger et même, passez-moi l’expression, comment se torcher le cul ou baiser avec son ou sa partenaire. Le museau du totalitarisme n’est jamais bien loin et sous des formes aussi différentes que peut aussi se présenter l’art musical. Leur inculture absolue des déclinaisons de l’expression musicale est très certainement la raison de la tenue de tel propos. Je m’avance mais, premièrement, ces gens-là n’ont sans doute jamais écouté de rock/Metal ou autre de leur vie, se contentant des idées qui véhiculent entre eux en cercle fermé et, deuxièment, prennent quelques cas particuliers pour en faire une généralité, du genre :  » le tueur en série Machin-Truc écoutait du AC/DC, alors tous ceux qui écoutent du AC/DC sont des tueurs » et j’en passe d’autres aussi hallucinantes les unes que les autres. Non mais sérieusement, sortez un peu de votre placard avant de balancer de telles stupidités. S’il y existe une « musique du diable », c’est bien le bruit d’une kalach qui abat des personnes, que ce soit dans une salle de spectacle,  sur la terrasse d’un bistrot ou en plein désert.

De plus, ce que je trouve véritablement inquiétant, c’est la ténacité de ces clichés qui continuent de circuler au XXIeme siècle, plus que les propos de ce prêtre ou de cet imam précédemment cité. Si ces individus ne trouvaient pas leur public, leur propos resteraient ceux d’illuminés vociférant leur haine dans leur coin et qui nous feraient simplement hausser les épaules ; après tout, la bêtise humaine est aussi vieille que l’humanité elle-même. Mais, ce n’est (malheureusement) pas le cas. Car il y a encore bien des gens qui pensent et qui jugent d’autres gens qui écoutent du rock ou du Metal (il suffit de lire les commentaires qui suivent l’article en question) en les traitant de « bobo » ou de « jeunes désaxés ». Peut être plus que l’article, ce qui me révolte par-dessus tout, ce sont les clichés qui continuent de circuler auprès de personnes qui, visiblement, n’ont même pas pris la peine de se renseigner un peu plus sur le sujet qu’ils vitupèrent. J’y reviens encore mais comment ne pas avoir envie de réagir sur quelques abruti(e)s qui crachent sur le Hellfest sans même ni y avoir mis les pieds ni encore moins avoir rencontré les personnes qui s’y retrouvent pour partager leur passion du Metal. C’est sans doute donner à ces mêmes idiots (moi la première avec cet article) plus d’importance qu’ils ne le méritent mais oui, ça m’agace de plus en plus et j’en ai assez parfois de me taire pour avoir la paix. Ces mêmes personnes qui se drapent dans leur « vivre-ensemble », « aimons-nous les uns les autres » et autres valeurs dites judéo-chrétiennes alors que ce sont des valeurs qui se devraient d’être universelles, se gargarisant de leur « bon goût » mais n’ont pas de mots assez durs pour juger d’autres personnes, toujours des « jeunes » bizarrement qui écoutent une musique différente de la leur, surtout si c’est du Metal. Ecoutant moi-même du Metal, combien de fois ne m’a t-on pas demandé si j’étais « sataniste » voire « néo-nazie »? Combien de fois n’ai-je pas entendu des raccourcis tellement faciles qu’on n’a même plus envie de devoir expliquer pour la millième de fois que ça n’a rien à voir? Les bras m’en sont tombés un nombre de fois incalculable.

Enfin, un dernier point, revenons au titre même de l’article. Non, la musique ne rend ni débile ou en « personne paumée »ni ne vous transforme ni en diable ou en cochon! Il existe de nombreuses études qui démontrent les bienfaits de la musique sur l’être humain, que ce soit sur le plan de la santé (physique ou mentale), sur le plan intellectuel (meilleure capacité de concentration), sur le plan sociale etc. Pratiquant le piano depuis maintenant 4ans avec des cours de solfège, j’ai constaté une amélioration de mon propre bien-être à un moment de ma vie où j’avais la sensation d’étouffer sous mes problèmes, j’ai acquis une bien meilleure confiance en moi etc. Le solfège, que l’on présente comme une discipline déprimante et ennuyeuse, offre une occasion de faire travailler le cerveau, la mémoire, la compréhension et la logique. En effet, la plupart du temps, si une oreille moyenne apprécie un morceau, c’est parce que ce morceau possède une cohérence, un tempo etc qui le rendent ce morceau harmonieux. Ce n’est pas le seul fruit du hasard. Je me suis imaginée un petit exercice amusant : prendre un morceau que l’on aime bien et imaginer qu’à la fin de ce morceau, au lieu de cette note, par exemple un sol, il y en aurait une autre, un ton au dessus ou au dessus (ou même un demi-ton) donc, un fa# ou un sol# et  se demander si notre oreille l’apprécierait tout autant. C’est souvent non, avec une petite grimace en prime.

Pour terminer, je vous propose d’écouter un de mes morceaux de Metal préférés, tant décrié par une certaine bienpensance :

Réflexion/Coup de gueule – l’uniformisation et l’asceptisation de la Culture

Cet article me taraudait depuis quelques temps. Mais avant, permettez-moi de vous copier-coller deux choses qui m’ont décider à réfléchir sur le sujet vaste de ce qu’on appelle aujourd’hui culture.

Tout d’abord, un article -> George R. R. Martin, auteur du Games of Thrones fustige Ant-Man qui me paraît dans l’ensemble une réflexion des plus pertinentes.

Et ensuite, une discussion sur le fil Facebook de Talk is not the Enemy, le petit frère de Fic Is Not The Enemy (Le sujet de base et ma réponse) ouvert par mon amie et co-admin du projet, Valerie Kumfu

Une discussion sur l’effet (pervers) des commentaires des lecteurs sur les sites de vente, pour les intéressés.
C’est désormais la norme : tous les sites de vente proposent à leurs lecteurs de mettre leur avis sur ce qu’ils achètent. Or, les avis mis ne sont quasi jamais des avis de « qualité », je remarque, mais des avis qui prennent clairement en élément numéro 1 les « goûts » des personnes. Chez Amazon, c’est clair : Amazon ne demande pas aux lecteurs s’ils pensent que le roman qu’ils ont acheté est bon ou moins bon mais s’ils ont « aimé » ou non.
En pratique, qu’est-ce que ça donne, du coup : d’excellents bouquins, très bien écrits, sans fautes, très bien gérés, sans incohérences, sans clichés, originaux… descendus parce que, ben voilà, ils sont « originaux » : ils n’ont donc pas correspondu aux goûts du plus grand nombre. Et des bouquins mal écrits, mal fichus, avec des fautes, des incohérences à la pelle et des camions bennes de clichés, exposant des contenus vus et revus… montés aux nues parce que, ben voilà, ils correspondent aux goûts du plus grand nombre.
Je trouve ça désespérant…
Ça fait un moment que j’ai compris qu’il ne fallait pas que je me fie à ces avis et que je regarde avec suspicion en particulier les bouquins blindés de 5 étoiles, mais je ne peux pas cesser de me désespérer, tout de même, quand je vois de vrais bons bouquins, intéressants, fins, originaux, et qui sont vraiment bons, pour de vrai… être descendus par une ou deux pauvres étoiles lapidaires, qui les aura coupé du reste de leur lectorat.
J’ai le sentiment qu’on est en train d’aller vers une uniformisation totale du contenu que l’on va pouvoir avoir en tant que lectrices et lecteurs : des bouquins, tous les mêmes, mis en avant non pas selon des critères de qualité mais selon des critères de goûts les plus communs et fuck l’originalité, quoi. Pour lire autre chose, déjà, et pour trouver les perles cachées, il faut fouiller et encore fouiller (et trouver soi-même les voies alternatives que l’on peut suivre). Bientôt, peut-être ne trouvera-t-on tout simplement plus ces livres-là en vente. 

Et ma réponse

Je ne puis qu’agréer avec ces remarques. Mais il suffit même pas seulement de regarder les commentaires. Rends-toi à l’espace culturel du lecler le plus proche (si tant est qu’on peut appeler ce genre d’endroit « culturel » mais passons) et de regarder globalement les livres en rayons. On dirait des clones des uns des autres. Il n’y a plus rien de vraiment original, même les couvertures manquent d’originalité, c’est dire… Alors le contenu… Au pire, tu auras le dernier Houellebecq qui tranchera au milieu des 50 Shades et After. Mais c’est partout pareil, la musique actuelle est totalement uniformisée, les émissions télé, le cinéma classique également, les gens ne recherchent plus vraiment les sentiers inconnus, ils préférent la sécurité, tant pis si c’est pourri. Sur mon WP, j’essaie de chroniquer des films underground, mais, grosso modo, l’époque glorieuse des Pasolini et autres qui osaient et le montraient, faut chercher dans les méandres du Net pour trouver des trucs vraiment originaux…

Permettez-moi d’approfondir ma pensée, fil facebook oblige, je n’arrive pas à écrire des pavés comme sur mon WP.

Commençons par quelques anecdotes, certes courtes mais plutôt symboliques de ce qui est servi à l’heure d’aujourd’hui.

Tout d’abord, les vacances m’ayant plongée avec la chaleur dans une totale apathie, incapable d’écrire la moindre ligne tant mon cerveau avait fondu dans l’étuve de ma chambre exposée plein sud, je passe quelques après-midis à regarder un peu le programme TV qui, sans surprise, sont d’une vacuité effrayante. Je veux bien que ce sont les vacances mais à toujours nous ressortir les éternels et indéboulonables « Le Gendarme de St Tropez » et autres films de campings d’une sottise beauf qui ne font rire qu’eux-mêmes, cela devient à peine supportable, peut être uniquement en bruit de fond pour repasser le linge. A moins d’avoir une box permettant de recevoir quelques chaines cinéma, serie TV ou documentaires (mon péché, j’aime beaucoup les chaines sur la nature ou les animaux. Science et Vie est aussi une chaîne pas trop mal). Ne parlons pas de Canal+ ou de ses Guignols passés en Crypté (pour mieux les supprimer par la suite, ne nous leurrons pas). Mais la rentrée venant, ce n’est guère plus brillant. Vraiment, si l’on devrait faire une analyse des programmes TV sur la plupart des chaînes nationales ou même TNT, on ne pourrait que reprendre ce que de Gaule disaient : « les français sont des veaux ».

Les programmes d’appauvrissement intellectuel, télé-réalité en tête, ces jeux montrant de pauvres gugusses n’hésitant pas à amuser la galerie, à se vautrer lamentablement dans le ridicule avec des blagues limite pipi caca, les téléfilms du dimanche, les épisodes multi-rediffusés ou les pseudo-reportages qui tiennent plus de la télé-réalité que du vrai documentaire. La qualité est devenu synonyme d’élitisme, pratiquement devenus des gros mots dans nos société archi-cons-uméristes béates, confirmant un véritable nivellement par le bas.

La même chose s’applique au cinéma grand public, à la littérature, à la musique ou à tout ce qui touche au mass-media. Depuis combien de temps ne suis-je pas allée au cinéma et pas uniquement pour une question financière mais aussi et surtout à cause de la pauvreté des films proposés qui ne me donne absolument pas envie d’aller voir? Bien sûr, ce que je nomme le « divertissement vide-tête » fait du bien, vous savez, le genre de truc, on sait que c’est nul au possible mais que, parfois, on a quand même besoin pour se vider la tête après une journée de travail. Mais à haute dose, c’est nocif pour la réflexion et encourage un certain abrutissement des foules, prêtes à avaler tout et n’importe quoi, bêlant de joie quand on flatte leurs plus bas instincts de voyeurisme, exacerbé avec la mise en avant de l’intime sur la place publique par ces mêmes émissions.

Prenons un autre exemple, la culture japonaise et la forte de demande de licence de mangas en France. Quelques années auparavant, le marché du manga, bien qu’en plein boom, proposait moins de titres mais qui était de qualité, sans compter une parution régulière des mangas proposés. On peut voir ce changement notamment avec les titres Yaoi qui inondent le marché et dont une partie, je suis désolée, sont loin des très bons titres comme « Le jeu du chat et de la souris », « Viewfinder » ou « Seven days ».  Beaucoup d’entre eux semblent être des photocopies des uns des autres ou sont de qualité en dessous des plus mauvais doujinshis qu’on peut trouver avec les pires déviances possibles traitées avec une légèreté qui laisse pantois, tout cela pour satisfaire la fangirl moyenne. Au risque de me faire des ennemis, non, je ne comprends pas qu’on puisse proposer des scènes de viol avec syndrome de stockholm à gogo, parler d’inceste comme une relation amoureuse des plus ordinaires et j’en passe sur des thèmes graves, comme si tout ça était parfaitement naturel.

Bref, c’était mon petit coup de gueule du jour.

Coup de gueule – l’inutilité d’être procédurier, tout le monde s’en fout

 

Y a des jours comme ça… C’est sans… Et aujourd’hui, c’est un jour sans. Un coup de colère, un coup de gueule. Parce que, franchement,là, ça devient juste n’importe quoi.

Je sais que le motif peut paraître futile (Petit résumé : j’avais fait un courrier il y a trois quatre semaines concernant les journées admin de juin, juillet et aout. Je suis à mon 6eme contrat de surveillante dans un lycée. Les plannings changent donc dès qu’on a le bac à préparer et le rangement de la vie scolaire… Bref… Et, là, l’une des CPE me téléphone pour mon planning – qui, les années précédentes, étaient fait mi mai et non fin juin… Vive l’organisation dans l’EN… j’apprends que je travaille le vendredi 4 juillet … SAUF que j’avais bien explicité dans un courrier ECRIT, DATE et SIGNE que je ne POUVAIS pas venir le vendredi 4 juillet, en échange, j’étais prête à être chargée pour la période du bac (on peut facilement finir à 22h, voir 23h alors qu’on est au boulot depuis 7h30 du matin, les grosses journées à rallonge. Cela me dérangeait nullement et comme c’est ma dernière année, je m’en fous un peu). Mais, ce jour-là, j’ai rendez-vous à l’hôpital, difficile à annuler comme ça… Bref, je lui rappelle bien qu’il faut changer cela… Sinon, ben tant pis pour leur gueule… Et puis, le coup des clés… où la vieille conne de secrétaire qui peut pas sacquer les pions me fait passer pour une menteuse… Pas que moi d’ailleurs… Alors elle, je vais lui poser un bel étron sur son bureau pour son départ à la retraite… Pétasse!)

Mais sauf que là, c’est des années de merde intensive qui s’accumulent, du gâchis d’énergie (nous envoyer faire 120km pour UN papier à la con… Euh… Le fax, ça existe. Les emails avec fichiers joints, c’est pas fait pour les chiens… ET je rappelle que les frais d’essence, de péage, c’est NOS impôts, l’argent du CON-tribuable qui les paient. Je ne reviendrais pas non plus au monstrueux gaspillage de papier dont j’ai été témoin. 1800 réglements intérieurs d’une dizaine de pages (faites le calcul du nombre de ramettes) balancés à la poubelle pour UNE erreur d’impression, au lieu de faire un erratum… /*Respire un grand coup*/ J’en ai un peu marre de l’omerta qui règne sur l’administration et en particulier sur l’EN mais et surtout l’absolue manque de transparence concernant les dépenses PUBLIQUES, transparence dont nos politiques nous bassinent depuis des années… Je sais que je ne changerai rien mais MERDE quoi!). Je ne reviendrais pas non plus sur les « gentils » mots alors que j’étais en état d’épuisement professionnel (connu comme burn out), au bord du suicide. J’ai bien fait de ne pas me tirer une balle dans la tête. J’ai juste envie de les emmerder une bonne fois, en passant.

Bref, j’avais juste besoin de déverser ma bile, moins dangereux que de leur coller mon poing dans la gueule.

Réflexion/Coup de gueule : Saw 3D, 50 Shades, la Vie d’Adèle, ils dérangent… Charlie, où es-tu?

ed970a09c53be81f926d73ad1a66d1de copie

Cinq ans après sa sortie, un coup de tonnerre est tombé sur Saw 3D qui s’est vu retiré son visa d’exploitation par le Conseil d’Etat sur demande d’une obscure association « Promouvoir » qui, selon son site, veut « défendre les valeurs judéo-chrétienne ». Ce film sera donc interdit aux moins de 18ans afin de protéger les mineurs.

Soit.

Protéger les mineurs d’images violentes et/ou pornographique est un devoir, je ne conteste absolument pas cela. (et je n’ai pas vu Saw 3D. Saw premier du nom m’avait royalement emmerdé. J’ai pas eu envie de continuer le carnage, sans jeu de mot). Mais c’est aussi le rôle des parents, de vérifier ce que regardent/lisent leurs chers têtes blondes et de discuter avec eux des images qui pourraient les choquer. Interdire purement et simplement, sans dialoguer avec eux est contre-productif. Et franchement, je trouve cette interdiction des plus ridicules. Premièrement, le film en question est sorti il y a 5ans. On ne s’inquiète que maintenant? Et deuxièment, Saw qui est une série de films, celui qui nous intéresse est le dernier. Faut vivre dans une grotte (ou à Poney city) pour ne pas se douter que le dernier volet est censé être l’apothéose (si j’ose dire) d’un genre très particulier.

En fouillant un peu, cette association a déjà sévi pour des films comme « La vie d’Adèle » en raison du thème de l’homosexualité. Et cela, ça m’interpelle direct. Dans ce cas, autant interdire également « Brokeback Mountain » . Ce qui me gêne, c’est qu’une association se substitue au citoyen pour dicter SA vision de que ce que peuvent voir ou non le public en se cachant sous le prétexte de protéger les plus jeunes d’entre nous. Il existe une commission pour les films. En créant un précédent, il est à craindre que d’autres films ne subissent à leur tour soit une interdiction de type (avec interdit aux moins de 18ans), soit une interdiction pure et simple (ça a été déjà le cas avec d’autres films).

5 mois après les attentats de Charlie Hebdo et une prise de conscience de la menace qui pèse sur la liberté d’expression ou créative, la censure sévit toujours, peut être plus sournoise.

Avec ce précédent, il est clair que des films comme Cannibal (2006) de Marian Dora que je viens de visionner (merci à Inthemoodforgore pour cette découverte) ne risque pas de sortir sur grand écran et qu’il faudra se contenter de la version découpée dispo sur Youtube.

Mais il est à craindre avec cette victoire de l’association Promouvoir que d’autres oeuvres visuelles mais aussi littéraires et artistiques soient désormais visées. Le Marquis de Sade qui a eu enfin l’honneur en 1990 d’entrer à la Pleiade risque t-il à son tour d’être mis au pilori par une pseudo-bien pensance? Les nues du Louvre comme la Vénus de Milo seront-elles rhabillées pour éviter de choquer le public? Vous l’aurez compris, je me méfie beaucoup de cette association (et d’autres du même accabit) qui se pose en défenseur de la morale.