[Musique] Top 10 de mes musiques préférées (hors musique classique)

music-159870_1280

Pour reprendre mon blog et lui donner une chance de continuer à vivre, je vous propose un petit top musical avec mes 10 musiques préférées, tout genre confondu. Comme je parle de musique, il s’agit d’abord d’un ressenti personnel.  On retrouvera du Metal ou de la musique de films/séries ou même de la musique d’anime. Il m’a été difficile de classifier mais je me suis efforcée de proposer un top au plus proche.
J’ai exclu volontairement la musique dite classique qui aura son propre classement dans un prochain article (sinon, il m’aurait fallu faire un top 20 ou même 100 et ça aurait été impossible pour moi de ne pas faire d’ex aequo.

N’hésitez pas à faire partager votre top musical en commentaire !

Numéro 10

Yuki Kajiura – .hack//Liminality

Pour ce numéro 10, je voulais vous choisir une musique de la compositrice Yuki Kajiura qui est pour moi fait partie des meilleurs compositeurs de musique actuelle. Mais vu qu’il m’est difficile de choisir parmi sa très impressionnante discographie, je vous propose un des morceaux que j’ai vraiment préférés et que j’écoute toujours avec autant de plaisir, issue de l’univers de .hack Liminality. Néanmoins, je vous invite à découvrir sa musique qui projette dans une sorte de féérie.

Numéro 9

Ramin Djawadi – Game of Thrones Opening

Le générique de Game of Throne vient prendre position en numéro 9 ! Cette musique est une des plus épiques que je connaisse et dès les premières notes, on se retrouve directement à Westeros, chevauchant des dragons et combattant the Night King. Ok, je disgresse mais avouez-vous que ce générique est en passe de devenir mythique.
Je vous propose d’écouter cette version avec orchestre et un petit fan trailer.

Numéro 8

Riyu Kosaka – Danzai no Hana ~Guilty Sky~ (ending de Claymore).

En numéro 8, l’un de mes endings préférés, à savoir celui de l’anime Claymore que je trouve absolument superbe, nostalgique tout en ayant une dose d’épique.

Numéro 7

Ling Tosite Sigure – Unravel (Opening de Tokyo Ghoul)

Et en 7, l’un des openings le plus marquant de ces dernières années, celui de Tokyo Ghoul qu’on reconnaît quasiment aux toutes premières paroles. La voix du chanteur est absolument déchirante qui retransmet à la fois espoir et désespoir.

Numéro 6
Kanon Wakeshima – Suna no Oshiro (Ending de Vampire Knight Guilty)

Un autre ending sublime par Kanon Wakeshima qui a également proposé le premier ending de Vampire Knight, Still Doll. Mais clairement, je préfère cet ending-là.

Numéro 5

KoRn – Coming Undone

Il m’a été difficile de ne choisir qu’une seule chanson de KoRn mais j’ai décidé de vous proposer Coming Undone de l’album See You On the Other Side qui fait partie de mon top 3 des albums de KoRn, le premier étant Issue, l’album qui m’a fait découvrir le Nu Metal.

Numéro 4

Tool – Jambi

Et entré récemment dans mon top musical, Jambi de Tool. La musique est totalement psychédélique, les paroles également. Le jeu de batterie, les solos des guitares, la voix du chanteur, tout est au diapason.

Numéro 3

Gojira – Flying whales

Faut-il que je présente encore LA chanson qui m’a fait entrée dans l’univers de Gojira. Délivrant un véritable message, que dis-je, un cri d’alerte pour nous prévenir que la Terre, cette belle boule bleue ne sera plus qu’un souvenir si l’on continue à la maltraiter, cette chanson est probablement, pour moi, d’un autre niveau que du Johnny (avec tout le respect que j’ai pour cet homme). L’introduction avec le chant des baleines qui précède la partie plus énervée touche au divin. On pourra regretter la trop grande confidentialité qui règne autours du groupe dans notre beau pays qui mériterait une plus grande diffusion dans les média main stream.

Numéro 2

Kenjj Kawai – Kugutsuuta – Ura Mite Chiru

En numéro 2, l’opening du film Ghost in the Shell Innocence prend sa place bien qu’il soit talonné de près par mon numéro 3, à savoir Gojira – Flying whales. Mais bon, je pense que l’un comme l’autre sont déjà très bien placés et aucun d’entre eux n’a ni volé sa place ni à envier celle de son « concurrent ».

Numéro 1

Epica – The Phantom Agony

Et sans grande surprise, le numéro 1 est remportée par The Phantom Agony du groupe Epica. Il est non seulement l’un de mes morceaux Metal et musical au sens large qui reste indétrônable mais qui m’a accompagnée de longues heures et que j’ai repris en boucle en essayant d’imiter, très maladroitement je dois le dire, Simone Simon qui est pour moi une des meilleures chanteuses à ce jour.

Non classées mais méritant une petite mention

Orphaned Land – Like Orpheus

System of a down – Lonely Day

Yuki Kajiura – Portrait de petit Cosette – Main theme

Le château dans le ciel
(ou comment parvenir à intégrer du Hayao Miyazaki et du Gihbli car ce top aurait été un peu triste sans eux.)

Hans Zimmer – Da Vinci Code
(idem que ci-dessus mais avec Hans Zimmer)

 

Bon, j’en ai oublié dix mille mais j’espère vous faire découvrir des compositeur.rice.s que vous ne connaissiez pas. N’hésitez pas à faire part de vos tops et découvertes en commentaire et à bientôt !

Publicités

[Musique] – Découvertes et coups de coeur (avec du retard)

piano-1655558_640

Et on continue avec un nouvel article sur mes découvertes et mes coups de coeur musicaux et un peu de blabla car, vous le savez sûrement, je ne peux pas vivre sans musique.

Tout d’abord, un petit bilan (très en retard) autours des 4 concerts que j’ai fait au festival Berlioz.

l-affiche-2018-qui-annonce-la-commemoration-du-150-e-anniversaire-de-la-mort-de-berlioz-prefigure-aussi-un-festival-tres-joyeux-tres-festif-1521731564

J’ai fait 4 concerts, dont un qui fut mon premier concert avec orchestre phillarmonique. Voici le récapitulatif des concerts en question :

Récital

Céline Moinet, hautbois
Suzana Bartal, piano

R. Schumann3 romances op. 94
C. NielsenFantasiestücke op. 2
R. Schumann5 pièces dans le style populaire op. 102 n° 2, 3 et 4
H. BerliozLa mort d’Ophélie H92
A. PasculliConcerto sull’opera « La Favorita » di Donizetti

Légendes sacrées du Nord

Orchestre symphonique d’Odense 
(Danemark)

Roberto Forés Veses, direction
Simone Lamsma, violon

J. Sibelius
Valse triste
Concerto pour violon en ré mineur 
R. Wagner,
Le Vaisseau fantôme, ouverture
L’Anneau du Nibelung, extraits :
Siegfried : Murmures de la forêt
La Walkyrie : Chevauchée des Walkyries
Le Crépuscule des dieux : Lever du jour et Voyage de Siegfried sur le Rhin

Récital

Roger Muraro, piano

W. A. MozartSonate pour piano n°8 en la mineur KV 310
I. AlbénizIberia, Livre I
O. MessiaenFauvette de l’Hérault – Concert des garrigues

Récital

Patrick Messina, clarinette
Fabrizio Chiovetta, piano
Henri Demarquette, violoncelle

R. Schumann
In der Nacht op. 74 n° 4
Adagio et Allegro op. 70
Scènes de la forêt op. 82 n°9 : Abschied
Fantasiestücke op. 73
J. Brahms
Trio en la mineur op. 114

xl_berlioz

Alors, que dire? Cette édition 2018 a été un vrai moment de bonheur et de découvertes. Je suis sortie de ma zone de confort, notamment avec le récital avec l’étonnant Roger Murano qui, d’ailleurs, mériterait d’être beaucoup plus connu. Son jeu au piano est précis et efficace. Et surtout, étant enseignant, il nous a recontextualisé l’oeuvre de Messiaen et son chant d’oiseau. En effet, cette pièce est très spéciale et plutôt difficile d’accès.

4a127c23cf53a853a73162bf4b562e74ff3bc8eb-510x320

De plus, il a bien expliqué l’oeuvre en la recontextualisant dans la vie de Messiaen, pourquoi et surtout comment il a composé cette pièce. Le résultat fut d’ailleurs qu’on avait vraiment l’impression d’entendre des chants d’oiseau et qu’on se surprenait à s’imaginer dans un salon, sur son piano, à écouter les bruits de la garrigue et le chant des oiseaux de cet éco-système.

Concernant les récitals avec piano et hautbois, Céline Moinet et Suzana Bartal sont de véritables virtuoses de leur instrument respectif. Cela a été le premier concert que j’ai fait à cette édition du festival Berlioz et je n’ai pas été déçue du voyage.

Quant au dernier récital, là aussi, un très grand moment de musique avec des véritables virtuoses. Le trio a d’ailleurs été récompensé par le magazine Classica d’un Choc Classique, ce qui démontre leurs immenses talents.

Concernant le concert symphonique, alors là… Imaginez un 33 tonnes vous foncer dessus. Et ben, c’est exactement comme ça que je définirai cette soirée. Un moment d’extase absolue (oui oui!) avec la découverte de Sibelius (que je connaissais de nom mais pas spécialement les oeuvres) mais et surtout : Richard Wagner. Wagner fait partie de mon trio de tête de mes compositeurs dits classiques préférés. Pouvoir écouter la célèbre Chevauchée des Walkyries, l’anneau du Nibelung  ou le Crépuscule des Dieux est juste… trop court. Honnêtement, j’aurai pu me faire une nuit complète de Wagner tellement le vivre est énorme. Il est sûr et certain que je ferai ce que je peux pour renouveler l’expérience.

Côté découverte, je suis retournée à un autre grand amour : le hard rock et surtout le Metal  \m/.

Petit blabla : j’ai toujours apprécié le rock d’une manière générale et le Metal en particulier. Dès le collège, il y a de cela 20ans, j’ai commencé à m’intéresser à ce type de musique alors que mes camarades de classe ne juraient que par IAM, NTM (et encore, ça reste du vrai bon rap, pas comme la daube qu’on nous sert et nous vend à coups de clash des principaux intéressés pour se faire de la pub et tenter de passer pour des badass… Bref…), la dance, la techno et compagnie. Je fais une exception notable pour MC Solaar et Manau.

Même si mon 1er album fut Reload de Metallica (merci de ne pas me balancer de tomates !), j’ai réussi à ouvrir mes chakras pour découvrir Therion qui a été l’un de mes plus gros coups de coeur musical et qui dure depuis pas loin de 20ans. Par la suite, j’ai évidemment découvert KoRn qui, bien que je n’apprécie pas les derniers albums, reste un des groupes que je considère comme le plus emblématique de mon adolescence. D’ailleurs, je me réécoute souvent les premiers albums jusqu’à See the Other Side (exception faite d’Intouchables que je n’apprécie guère).

kornpromo2016_638

Malheureusement, mes années lycée ont été très difficiles, surtout quand on est « différent », sous-entendu quand tu écoutes, lis, regarde des choses différentes de la majorité des gens, sans parler des préjugés concernant les amateurs de musiques extrêmes.
Les « t’es sataniste/nazie », « Tu fais de la dépression?/T’es quand même pas suicidaire? », j’en ai bouffé jusqu’à plus soif et faim (et j’en ai encore bouffé il y a quelques années). Bordel les gens ! Ce n’est PAS la musique qui rend dépressif/suicidaire, c’est l’environnement de la personne, de problèmes dans sa vie (rupture, deuil, licenciement etc), la musique devient une échappatoire. Et sincèrement, vous croyez des Judas Priest et autres voudraient vraiment que leurs fans se suicident? Si c’était VRAIMENT  le cas, l’hécatombe serait juste affolante. Et si on prend un point de vue totalement cynique, les gens qui se suicideraient parce que les groupes les auraient incités, ce serait des CD en moins de vendus, donc de l’argent en moins dans le tiroir caisse sans parler des procès qu’ils auraient dûs subir. Ils sont pas cons à ce point.
D’ailleurs, petite remarque qui s’étend au delà de la musique, s’habiller en noir/gothique/tee-shirt de groupe n’est pas non plus un signe obligatoire de dépression.

Bref, tout cela pour dire que pendant un moment, je n’ai pas cherché à m’intéresser à des nouveautés Metal ou, plus largement hard rock.

Et j’ai découvert deux chroniqueurs Metal qui m’ont redonné envie de m’y mettre, j’ai nommé Max de 2guys1TV et Hubert de la chaîne Metalliquoi?. Je ne les remercierai jamais assez pour les découvertes que j’ai fait ces derniers mois et surtout par le fait que j’ai réouvert mes chakras pour découvrir tant des icônes du genre que des nouveautés. Eh oui! Je me suis mise à Iron Maiden, Black Sabbath, Judas Priest pour les groupes historiques tout comme j’ai ENFIN découvert Gojira, Solothus, Airbourn, Jettblack, Turisas et Ghost B.C.. Bref, un mot, allez découvrir ces chroniqueurs, j’adore leurs vidéos.

Le retour de mes premiers amours et découvertes

Mon plus gros coup de coeur est la chanson Flying Whales de Gojira qui est juste une tuerie. Je peux l’écouter quasiment en boucle tant la musique me fait vraiment penser à la pochette de l’album, j’ai vraiment l’impression de voyager dans l’espace à dos de baleine 😉 .

On peut vraiment être fier de ce groupe français et regretter qu’ils n’aient pas eu de diffusion sur les ondes ou à la télévision française. Je dirai même que j’aimerai un groupe comme cela pour l’Eurovision. Cela changerait des trucs

gojira

Leur album qui a pas mal dégommé : From Mars to Sirius avec la chanson évoquée.

R-9345876-1479068809-5686.jpeg

Autre découverte (merci 2Guys!), à savoir Solothus et cette superbe chanson : The Winds of Desolation.

9e0f073820f24a67ca968729aa1bdc7f
Que ce soit les guitares, la basse, la batterie ou la voix totalement growl, ce groupe est très prometteur, d’autant que No King Reigns Eternal est le 2nd album et qui surpasse le 1er où on sent que le groupe se cherche encore. A suivre avec intérêt.

a3508032702_10

La pochette de l’album est absoluement sublime. On dirait un mélange de Game of Throne, LOTR et Diablo 3 tant le roi me fait penser au Roi Squelette.

Solothus – The Winds of Desolation

Une autre découverte qui a fait pas mal couler d’encre l’année dernière mais le groupe Ghost B.C. avec son Papa Emeritus et ses Nameless Ghouls a été pour moi une agréable surprise.

ghost1

Très personnellement, j’adore l’esthétique et la mise en scène et je pense que j’apprécierai beaucoup de les voir en concert. Je n’ai pas encore eu le temps de m’écouter le nouvel album Prequelle qui signe le renouveau du groupe suite aux déboires juridiques de Papa alias Tobias Forge et au départ des autres musiciens. A mon avis, même si l’identité de Papa est connue, ce serait dommage de ne pas garder toute cette mise en scène qui très soignée.

Ghost B.C. – Year Zero

SInon, je vous propose aussi comme découverte, deux groupes de hard rock qui décoiffe pas mal et également très prometteur, à savoir Airbourne et Jettblack. (Merci Hubert!)

Sinon, je suis revenue à un des premiers coups de coeur de ma jeunesse, à savoir KoRn, évidemment et à un re-découverte, l’album Iowa de Slipknot dont la chanson My Plague est sublime avec l’alternance de chant glutural et de chant clair.

Voila, c’est tout pour le moment. N’hésitez pas à faire partager vos coups de coeur (même si c’est pas Metal ou classique, je suis curieuse de tout). J’espère vous avoir fait découvrir des choses qui vous plairont.

Musique – Ce que j’écoute en ce moment

N’étant pas super active ces temps avec mon stage, mon projet de fin d’étude et les démarches liées au décès de mon père, je n’ai absolument pas cherché à regarder de nouvelles séries ou de nouveaux films (et j’avoue que je n’en ai pas envie). En revanche, j’écoute toujours autant de musique. Et je vous propose de vous faire partager un peu ma playlist. Autant vous prévenir, il y a de tout : du classique, du rock/Metal, de la pop.

(Il y a pas à dire, je kiffe vraiment ce mix entre t.A.T.u. et Rammstein. Je vous recommande de les écouter, ça envoie du lourd.) Et je ne résiste pas à en rajouter un mix de plus.

Sinon, pour revenir à des trucs plus pop :

Et oui, j’écoute aussi de la musique ultra commerciale mais ça fait bien de temps en temps.

Musique – Playlist de février

music_017

Inspiré de la série de romans Calendar Girl, je vais essayer de lancer sur cette année une playlist de musique par mois. L’objectif est aussi que vous aussi, vous puissez faire partager et découvrir vos coups de coeur musicaux et vos groupes/chanteurs ou musiciens préférés.

Tout d’abord, LA chanson qui va me suivre au moins jusqu’en juin (et probablement toute ma vie). Mais bon, disons-le, je me sens enfin dans mon élément après des années de galère, je vais pas me plaindre. Et j’ai gagné en confiance.

Sinon, voici quelques morceaux classiques qui m’aident à me concentrer issues de ma playlist Classique

Et sinon, une playlist en cours de construction mais qui regroupe les magnifiques chansons d’un de mes animes préférées Hakuouki (et au passage, de quoi se rincer l’oeil avec tous ces beaux bishis… C’est vraiment un crime d’avoir dessiner des mecs aussi canons quand ils n’existent pas en vrai  *o* )

Bonne écoute!

Ecriture et autres activités – Bilan de l’année 2016

art-1868727_640

Allez, je suis ma copine Valéry pour faire mon propre bilan sur mon activité d’autrice mais pas que…

Ecrire, écrire… tout en sachant faire une pause et sans la transformer en angoisse
maple-leaf-638022_640

Bon, s’il existe une expression pour qualifier cette année 2016 en matière d’écriture, la  traversée du désert serait sans doute la plus appropriée. Même si je n’ai pas chômé en matière d’idées, que je vais vous dévoiler plus loin,  et en matière de correction et de reprise d’anciens projets du fond de mes tiroirs, l’écriture proprement dite a été un vrai calvaire. Plein de (fausses vraies) excuses à cette impossibilité à avancer mes romans : manque de stimulation intellectuelle quand j’étais au chômage, ma formation professionnelle qui est intense et prenante depuis septembre, la recherche de mon stage pour valider ma formation, les problèmes de santé de mon père, des problèmes d’ordre personnel plutôt envahissants (et c’est un doux euphémisme) qui m’ont pris la tête alors que je n’avais pas que ça à penser, travailler ma musique, devoir alimenter mon blog en chronique alors que niveau film, j’ai eu une période où je n’avais rien envie de regarder… bref, la liste est longue comme un jour sans pain. Mais je crois que la vraie raison a été le doute qui m’a taraudée ces derniers mois quant à mes raisons d’écrire (et aussi le temps qui m’a malheureusement et cruellement manqué).
Mes projets me paraissaient subitement trop ambitieux pour que je puisse y mettre le fameux point final, Mademoiselle Elisa en particulier est un long parcours du combattant. N’avais-je pas mis quand même quatre ans pour achever Dans la volupté des jeux cruels du plaisir qui est, à ce jour, ma fiction publiée la plus longue. Or avec Mademoiselle Elisa, j’ai dépassé en terme de volume (moins de chapitres certes mais des chapitres nettement plus volumineux)  et de temps de travail en amont cette fanfiction qui me paraît désormais bien pauvre.
Néanmoins, cette longue pause m’a permis aussi de faire le point : non, je n’ai pas envie d’abandonner l’écriture, cette pensée m’ayant à un moment traverser l’esprit où j’ai eu l’envie de tout balancer par la fenêtre. J’écris depuis toujours et peut-être ai-je besoin d’écrire une ou deux courtes nouvelles pour me remettre en selle et me prouver que je peux le faire. Parallèlement, je m’en sors dans ma formation en développement Web alors que je me disais :
« Tu vas voir, tu vas galérer comme en BTS ! »
Pour finalement me rendre compte que Napoléon avait raison : impossible n’est pas un mot français ! (et ce, même si à l’impossible, nul n’est tenu).
Si je parviens à me prouver que je suis capable de réussir dans un domaine où d’autres me sont sans conteste supérieurs, alors l’écriture qui est une seconde nature ne devrait à priori pas me poser de problèmes. D’autres auteurs ont certainement passé par les même questionnements et n’ont pas abandonné pour autant.
Ensuite, gros point important a été le passage complet de l’écriture d’une fanfiction à un roman original. Si Mademoiselle Elisa a un véritable filet de sécurité, à savoir le respect de la réalité de l’Histoire avec grand H, transformer Eden entre Enfer et Paradis prenant sa totale indépendance de mon idée initiale (une fanfiction Naruto avec pour threesome Itachi/Deidara/Anko) a été le fruit d’une évolution personnelle. J’ai réalisé que je ne parvenais plus à écrire de la fanfiction, que cette dernière me fermait trop de portes et bridait ma propre créativité. J’ai besoin désormais de continuer (je sais que ça fait pompeux dans les termes) non plus en tant qu’autrice de fanfiction mais en tant qu’écrivaine à part entière. Je n’ai pour autant pas oublié les nombreux personnages créés dans le cadre de la fanfiction et qui m’ont permis d’entamer cette mutation inévitable mais, désormais, même si j’aimerai sincèrement là aussi mettre un point final à leurs aventures, ils vont probablement hanter mon disque dur à l’avenir.

Mes objectifs de 2017

Ce sera évidemment la poursuite et, si possible, l’achèvement d’au moins deux de mes projets, à savoir Mademoiselle Elisa et Eden entre Enfer et Paradis. Plusieurs autres projets d’écriture continuent quant à eux leur petit bout de chemin dans ma tête, en particulier la trilogie de mon polar provisoirement surnommé Le Médecin et mon roman de Medieval Fantasy Les Chroniques d’Onirie.

Comme Valéry, j’espère aussi sortir du primo-numérique pour me lancer dans l’aventure de l’édition papier mais, évidemment, pour gagner en visibilité, je ne peux pas faire l’impasse sur la publication en E-Book. Je ne suis d’ailleurs (même si cela ne paraît pas être très modeste) plus dans l’esprit « pas de pub personnelle etc » (même si je n’apprécie pas forcément les FB où les auteurs viennent faire leur promo et se barrent comme des sagouin) mais il faut aussi savoir s’imposer dans un milieu où la publication devient monnaie courante et les romans/nouvelles perdent en visibilité de part leur nombre.

La musique ou l’art le plus exigeant

Côté musique, en revanche, l’année s’est plutôt révélée plutôt positive malgré une période où, ces fameux problèmes personnels où j’ai ressenti que la musique embêtait plus qu’autre chose, ont ralenti ma progression, je peux dire avec fierté que je me suis beaucoup améliorée. J’ai réussi à jouer la Sarabande d’Haendel alors que le morceau est particulièrement ardu et technique. Bien que certaines périodes m’ont moins permise de jouer autant que je le voulais (il me semble loin le temps où je passais ma soirée complète à jouer), j’ai progressé et je peux même dire que j’ai « mangé » le morceau le plus compliqué de la méthode, à savoir l’Entrée des Gladiateurs de Julius Fucik plus rapidement que prévu (même si je ne le maîtrise pas encore parfaitement). En revanche, là où je sens un gros ralentissement, c’est dans la méthode puisqu’on aborde les tonalités de Réb, Lab et Mib (donc mode mineur) qui me fichent direct le cafard (en même temps, c’est une spécifité du mode mineur, une musique plus mélancholique et dépressive). Les trois morceaux à venir me rebutent plus qu’autre chose. Mais bon, j’y arriverai un jour, j’y arriverai ! comme dirait l’autre dans la pub pour l’assurance auto. La musique, pratiquement ex aequo avec l’écriture, fait partie intégrante de ma vie, il m’est impossible d’arrêter pour quelque raison qui soit.

Mes objectifs pour 2017

Terminer In the Mood pour le gala de musique en mars (pas le temps de me mettre sur un morceau plus compliqué). Mais j’aimerai terminer mon livre de solfège en clé de sol. (j’y suis presque!!!) et terminer d’ici juin ma 3eme méthode de piano (ce qui est possible si je m’astreins à jouer une petite heure par jour).
Autre objectif, j’aimerai jouer cette fabuleuse interprétation de l’opening de Game of Thrones. J’aimerai également me pencher sur l’Aria des variations Goldberg de JS Bach.
Eventuellement, peut-être, m’inscrirai-je dans la chorale de mon village, si j’ai encore un tout petit peu de temps, car j’adore chanter mais j’aimerai arriver à mieux poser ma voix.

Les voyages ou la part du rêve

Cette année, j’ai envie de faire quelques petits voyages, pas forcément à l’autre bout de la Terre et pas forcément pour des durées très longues.
Ma toute première envie est de retourner du côté de la belle région de l’Auvergne (qui est désormais rattachée à Rhônes-Alpes avec les super régions mais bon, ça, on s’en fout), et particulièrement, je vous le donne dans le mille, en Gévaudan, partir à la découverte de la bête légendaire qui porte son nom. Et puis, l’Auvergne m’attire profondément. C’est sans doute pour une raison idiote mais le chant juste sublime du Baïlero de Canteloube (et pas Canteloup, l’humouriste !!!) m’a toujours envie de retourner dans le pays des volcans.

Sinon, une rando que j’aimerai vraiment faire, c’est bien Saint Jacques de Compostelle (bon, peut-être pas tout mais partir par exemple faire une partie de la voie du Puy en Velay jusqu’à Linvihac-le-haut). Je ne suis pas particulièrement croyante mais cette marche permet de faire de belles découvertes.

Evidemment, j’aimerai toujours partir en Allemagne et en Autriche, visiter la Bavière (et pourquoi m’y installer… Bon, j’ai le droit de rêver un peu, non?).

Conclusion

S’il y a une chose à retenir, c’est que l’année 2016 a été une vraie année charnière avec la concrétisation de mon projet professionnel qui, forcément, influence aussi sur ma vie et mes choix personnels ainsi que l’évolution de ma voie d’auteur, musicienne. L’année 2017 devrait être aussi riche, si ce n’est plus puisque je commence mon stage en février et je passe l’examen final fin juin début juillet. Il me faudra sans doute aussi chercher un vrai contrat pro si je veux continuer pour monter en compétences (surtout au prix de la formation. Faire un emprunt familial une fois, ok, mais pas tous les ans). J’ai aussi compris ce qui était vraiment important et, égoïstement je le reconnais mais qui m’apporte cette liberté non négociable de pouvoir bien réussir mon projet professionnel comme personnellement  la réussite de l’écriture de mes projets comme ma progression en musique.

Chronique Musique – concert/Album Live – Epica Retrospect 10th Anniversary

Sortie : 12 novembre 2013

Enregistré : 23 mars 2013 à Eindhoven (Pays-Bas)
Durée : 2h59
Genre : Metal symphonique

Retrospect est le 3eme album live du groupe de Metal Symphonique Epica, album et DVD réalisés suite au concert des 10ans du groupe à Eindhoven aux Pays-Bas, le 23 mars. A cette occasion, l’orchestre de chambre hongrois Reményi Ede et le choeur du théatre nationale de Miskolc ainsi que des invités telles Floor Jansen (Nightwish) accompagnent le groupe.

Membres du groupe

Simone Simons – chanteuse, mezzo-soprano
Mark Jansen – Guitare rythmique, chant guttual
Isaac Delahaye – guitare, choriste
Rob van der Loo – basse
Coen Janssen – synthétiseur, piano
Ariën van Weesenbeek – batterie, chant guttual

Liste des chansons (présents aussi sur les CDs)

CD 1

1. Introspect
2. Monopoly on Truth
3. Sensorium
4. Unleashed
5. Martyr of the Free World
6. Chasing the Dragon
7. Presto
8. Never Enough
9. Stabat Mater Dolorosa
10. Twin Flames

CD 2

1. Serenade of Self Destruction
2. Orchestral Medley
3. The Divine Conspiracy
4. Delirium
5. Blank Infinity
6. The Obsessive Devotion
7. Retrospect
8. Battle of the Heroes & Imperial March
9. Quietus
10. The Phantom Agony

CD 3

1. Cry for the Moon
2. Sancta Terra
3. Design Your Universe
4. Storm the Sorrow
5. Consign to Oblivion
6. Outrospect

Mon avis

Pour ce nouvel article, je vous propose une chronique un peu spéciale, dédiée à un concert, auquel je n’ai pas assisté en direct mais que j’ai pu visionner grâce au DVD.

Il n’y a pas à dire, Epica a mis les petits plats dans les grands pour son 10eme anniversaire. Le show est juste incroyable et parfaitement millimétré. 70 musiciens classiques (violonistes, violoncellistes et autres), une chorale plus le groupe, on peut dire que ceux qui ont assisté en direct au concert en ont eu pour leur argent. Epica ne s’est pas moqué d’eux.

Simone Simons est au sommet de sa forme et de sa voix même si je pense qu’elle aurait pu monter sa voix d’une octave (après, je ne critique pas, maintenir l’ambiance de fête, danser, le headbang tout ça tout ça, elle a dû ménager ses cordes vocales, ce qui se comprend parfaitement). Les autres membres du groupe ne sont pas en reste. Les musiciens classiques et la chorale sont également incroyables et les passages classiques mêlés avec de la guitare (notamment Presto qui est une interprétation de l’Eté de Vivaldi) montrent, pour moi, que Metal et musique classique sont parfaitement compatibles.

Le choix des chansons dont beaucoup sont les « tubes » du groupe comme Unleash, Sensorium, Cry for the moon ou, évidemment, le magnifique Phantom Agony sont toujours aussi magnifiques.

En conclusion, un seul regret : ne pas avoir pu m’y rendre tant le spectacle en vaut le coup d’oeil. En espérant que si je me rends à un prochain Hellfest, Epica y soit.

Musique – méthode de piano Bastien et Chaîne Youtube

Après une semaine et demie à traîner une crève qui a évolué en bronchite, je vais reprendre un peu quand même mon blog et pour cela, je vais vous proposer un petit article pour changer. En effet, je vais faire une recommandation de livres un peu spécial, à savoir une série de livres d’apprentissage du piano ainsi qu’un coup de coeur pour une chaîne Youtube, toujours sur le thème de la musique et du piano.

Ayant eu l’occasion de feuilleter la célèbre mais absolument rébarbative de la méthode rose, j’ai été plutôt ravie que ma prof me propose plutôt la méthode de piano Bastien qui se décline en quatre volumes. La différence, on ne commence pas directement avec les trucs les plus « chiants » (les gammes, la théorie pure etc) mais avec des petits morceaux amusants qui permettent d’acquérir et d’apprivoiser son instrument. Illustrés de dessins et des morceaux qui apparaissent « enfantin », les différents exercices font avancer assez vite (du moment, évidemment, qu’on travaille régulièrement, sinon, pas de miracle)  et font travailler sur des objectifs particuliers (respecter la durée des notes, repérer les altérations, déplacer les mains, utiliser la pédale pour ce que je me souviens du niveau 1). On « bouffe » assez vite chaque niveau même s’il est vrai que le niveau 3 attaque sérieusement les gros trucs comme les renversements, les différentes gammes avec ce point positif, par rapport, paraît-il, avec la méthode rose, la possibilité de vraiment reconnaître le nom de la gamme, de savoir si elle est majeur ou mineur.

Je pense que cette méthode est vraiment sympa si on a envie de se mettre au piano sans pour autant se prendre trop la tête.

Autre coup de coeur, une chaîne Youtube, toujours sur la musique, avec des vidéos assez courtes qui complète un peu la méthode pré-citée, unPianiste qui explique assez clairement ces fameuses gammes, renversements, doigtés avec des petits tutos pour des morceaux connus. Je recherchais quelque chose qui me permettait d’entendre les différentes gammes (et notamment pour les gammes mineures, la mineur relative, la mineur harmonique et la mineur mélodique) et les vidéos d’Alexis m’ont pas mal plus pour cela.

Pour le moment, j’essaie de travailler (toujours au piano) l’opening de Pretty Little Liars que je vous propose d’écouter :

Coup de coeur musical – Ending de la saison 3 de Sailor Moon Crystal

Article ultra court mais je voudrais vous faire partager un gros coup de coeur musical. Si je trouve que la nouvelle version animée de Sailor Moon, Sailor Moon Crystal est loin de la version des années 90, la nouvelle série a proposé néanmoins une magnifique chanson pour le nouvel ending avec Haruka/Sailor Uranus et Michiru/Sailor Neptune comme star de la chanson (ce sont d’ailleurs les seyus qui chantent).

Et voici la version longue

Musique – Ma Wishlist

A la demande d’eelsoliver, je vous propose un article sur mes goûts musicaux. J’ai procédé en classant par genre musical (avec des regroupements) avec une (ou plusieurs) de mes musiques préférées du compositeur/groupe/chanteur. La liste n’est pas exhaustive mais elle reprend en grande partie ce que je possède dans ma biblio musicale. J’essaierai de vous proposer un lien Youtube pour chaque morceau afin de vous découvrir ce que j’apprécie.

En gras : Amour éternel ou obsession du moment

Classique (englobant la musique baroque, romantique, jusqu’à, disons 1920)

Frédéric Chopin -> Ballade en G Mineur, Valse de l’Adieu, je devrais presque tout citer, tellement j’aime Chopin.
Ludwig von Beethoven -> Sonate au Clair de Lune (Adagio), Sonate n°8 « Pathétique » (part I & Part II)
Wolfgang Amadeus Mozart -> Concerto pour Clarinette en La Majeur, Requiem en ré mineur, Agnus Dei
Jean-Sebastien Bach -> Goldberg Variations (exemple Aria)
Johan Strauss père et fils -> Radetzky March, La Valse de l’Empereur, Contes de la forêt viennoise,
Richard Wagner ->  Das Rheingold (Invocation of Alberich and Entrance of the Gods into Valhalla)

Divers compositeurs : Vivaldi, Verdi, Tartini, Erik Satie, Berlioz, Saint Saëns, Canteloube, Gustav Malher, bref, il y a beaucoup trop à citer. La musique classique occupant une place de premier choix dans mes écoutes musicales qu’il me faudrait dix pages pour en parler.

Divers morceaux : la symphonie fantastique de Berlioz, les gnossiennes de Satie, la trille du diable de Tartini, le Boléro de Ravel, L’opéra des planètes de Holst, la danse des sabres etc….

Petite note : depuis trois ans, je fais du piano avec, évidemment,  une préférence pour le répertoire classique.

Metal/Hardrock/Rock en tout genre

Epica -> The Phantom Agony, l’album Classical Conspiracy
Delain -> We are the Other, The Gathering
System of a Down : Lost in Hollywood, Soldier Side, Lonely Day
Nirvana : Album Nevermind
The Beatles : TOUS leurs morceaux. Ma chanson préférée est A hard day’s night
Green Days : Album American Idiot
KoRn -> Albums préférés : Album éponyme, Issue et See you the other side
Rammstein : Album préféré : Sehnsucht
Linkin Park -> Hybrid Theory
Muse -> Showbizz

Pêle mêle -> Les Rolling Stones, les Beach Boys, Pink Floyd, Orphaned Land, Texas, Red Hot, Within Temptatio, Kamelot, Serenity, Cranberries…

 

Variété française

Musique des années 80 principalement et un peu 90 (j’étais ado à l’époque, les chansons m’avaient marquées)

Variété internationale

Avril Lavigne -> Alice, Girlfriend
Amanda Somerville

Fort Minor : remember the name, where’d you go

Electro/ambiance

Massive Attack-> Mezzanine
Audiomachine
E.S. Posthumus
Ludovico Einaudi
Thomas Bergersen
ERA
Two Steps From Hell
Vampire Ambient

Musique de films/séries

Angels & Demons, Da Vinci Code, Interstellar (Hans Zimmer)
Stars War
Les compos d’Ennio Morricone
La Liste de Schindler (John Williams)
Le Seigneur des anneaux (Howard Shore)
Total Eclipse
Divers : générique de Game of Throne, The Tudors, Fringe, House of Card

Musique d’animation japonaise/Jeux vidéo

Compositeurs : Yuki Kajiura
OST Animes favorites : Berserk, Bleach, Claymore, Death Note, Dot Hack, Ghost in the Shell, Hakuouki, Ikkitousen, Mai Hime, Vampire Knight…
OST Jeux vidéos favorites : Diablo 2 & 3, Alice Madness Return, Bible Black

Inclassable

Atylantos : opéra gothique

J’en rajouterai au fur et à mesure.