[Tag]Bucket List – 50 choses que je veux vivre avant de mourir

bucket-list

Voila un tag intéressant que je reprends à mon compte, histoire de ne pas laisser mourir mon blog, faute de temps : la bucket list ou la liste de choses que je veux vivre avant de mourir!

  1. Faire du bateau. Mieux, posséder mon propre voilier.
  2. Partir au Japon au moment de hanami, la floraison des cerisiers.
  3. Apprendre le violon.
  4. Apprendre l’accordéon.
  5. Faire le transsibérien.
  6. Visiter l’Allemagne.
  7. Faire le festival Mozart à Salzbourg.
  8. Passer une nuit dans des maisons hantées.
  9. Faire Saint Jacques de Compostelle.
  10. Faire la route 66 aux USA
  11. Et d’une manière globale, faire un grand road trip aux USA.
  12. Terminer au moins un de mes romans.
  13. M’installer à Vienne en Autriche.
  14. Donc apprendre l’allemand.
  15. Visiter les châteaux de la Loire.
  16. Visiter Florence.
  17. Retourner à Rome.
  18. Me remettre à la danse.
  19. Partir quelques jours de vacances sans être obligée de m’organiser comme si je partais à l’autre bout du monde.
  20. Passer mes vacances d’hivers au Bahamas/République Dominicaine/Bora Bora pour être en bikini quand tout mon entourage est parti skier à Valmorel ou à Chamrousse.
  21. Prendre des cours de peinture.
  22. Visiter le Tibet.
  23. Aller à Katmandou.
  24. Faire le festival du Hellfest.
  25. Visiter la Grèce (en réflexion plus que sérieuse pour le mois d’octobre).
  26. Aller dans les Catacombes de Paris.
  27. Retourner visiter le château de Versailles.
  28. Visiter le Cambodge.
  29. Visiter le Vietnam.
  30. Partir dans l’espace.
  31. Visiter les étangs de la Sologne.
  32. Prendre un abonnement pour aller à l’opéra.
  33. Pouvoir assister au concert du Nouvel An de l’orchestre phillarmonique de Vienne.
  34. Faire un vrai road trip en France.
  35. Développer mon propre jeu vidéo.
  36. Me faire une coloration de cheveux totalement loufoque genre rose licorne et des pointes turquoises.
  37. Me faire un marathon de TOUS les films d’un réalisateur donné (parmi eux : Kubrick, Lang, Burton, Spielberg, Fellini, Tarantino, Lynch, Orson Welles, les Coppola etc)
  38. Jouer au piano des grands morceaux comme la Tempête de Beethoven, la Ballade n°1 de Chopin ou des sonates
  39. M’acheter un nouveau piano, de préférence un Roland.
  40. Traverser le Groënland en raquette.
  41. Jouer dans un film ou une série (même figurante).
  42. Passer au journal télé.
  43. Devenir un écrivain célèbre.
  44. Faire Halloween à New York.
  45. Réaliser un robe comme le portait Marie-Antoinette
  46. Avoir un chien et faire avec lui de l’agility
  47. Faire le festival de Bayreuth.
  48. Partir une semaine en thalasso au Maroc
  49. Allez en Grande-Bretagne
  50. M’engager dans un truc humanitaire comme réparer une école en Afrique noire.
  51. BONUS : Et visiter : l’Egypte, Israël, la Roumanie, la Pologne, la Canada, l’Australie, le Sri Lanka, le Sénégal et j’en oublie!
Publicités

Ecriture – Point sur mes projets à l’aube de 2018

 

 

Et si je me faisais un petit point sur l’ensemble de mes projets d’écriture (plutôt nombreux) avec  leur état d’avancement ou encore à l’état d’idées, histoire de bien débuter l’année 2018 !

Romans sentimentaux, érotiques.

Mademoiselle Elisa : une passion sublimée

Etat : En cours d’écriture
Nombre de mots et chapitres écrits : 27 000/6 chp écrits
Résumé :
Jeune femme fière, rebelle et éprise de liberté, Élisa de Rouville aime à fréquenter le café Procope. Se liant d’amitié avec une nouvelle génération de journalistes et de juristes, elle adhère aux idées nouvelles d’une fin de siècle frémissante et inquiète. Mais une rencontre va bouleverser son existence. Il est fascinant, d’une élégance et d’une prestance particulières qui la séduisent immédiatement. Il s’appelle Maximilien de Robespierre.
Mais la colère gronde, le pain manque. La Révolution est en marche…

Eden entre enfer et paradis

Etat : En cours d’écriture/ transformation en fiction originale
Nombre de mots et chapitres écrits : 39 000/7 chp écrits
Résumé :
Olivia Mallet, jeune provinciale, débarque dans la grande mégalopole de Munich. Elle va faire la connaissance d’Emeric et Lorenzo, ses deux voisins de palier, barmans d‘un club privé, les Nuits Pourpres. Intriguée, elle va se laisser entraîner dans un monde sombre et où le danger rime avec plaisir.

Ballade en désir majeur

Etat : Projet
Nombre de mots et chapitres écrits : NC
Résumé :
Max est une jeune pianiste qui arrive à Vienne, capitale de la valse et de la musique. Vivant de petits expédiants et jouant dans des piano bars, toujours un peu en dehors des clous, la jeune femme va faire la rencontre d’Alex, archiviste au Lycée Français. Fascinée par cet homme qui sembler avoir une vie qui danse sur un volcan, Max va vivre une passion sensuelle intense. Approchée par des membres du prestigieux Orchestre Phillarmonique, elle va devoir choisir entre cette passion qui la dévore et son amour de la musique.

Les Nuits Interdites de Monsieur L

Etat : Projet
Nombre de mots et chapitres écrits : NC
Résumé :
Monsieur L est un drôle de personnage. Vivant un peu en marge de la société, moitié clodo moitié gigolo, il gagne sa vie comme barman dans une boite de nuit. Mais cet homme à la personnalité ombrageuse est partagé entre sa passion pour Missy, professeur de piano, qui entretient avec monsieur L une relation sado-maso et avec Dieter, minable producteur et acteur de porno gay amateur qui s‘accroche à lui dans l‘espoir d‘un amour pur et sincère.

Urban Fantasy/BitLit

Les aventures des soeurs Sakurai : volume 1 – Eileen

Etat : En cours de réécriture
Nombre de mots et chapitres écrits : 9335/4chapitres
Résumé :

La vie d’Agent Fédérale du Bureau des Affaires d’Outremonde, appelé aussi Traqueuse, c’est pas marrant tous les jours. Entre cette tarée de Célia qui veut se venger de la mort de son frère par un maître-vampire, le père John Brown, qui bien que prêtre catholique, est le plus grand obsédé sexuel que je connaisse et Cassidy Leona, un changling fan de tennis, un peu excentrique à mon goût, et tous les autres membres du BAO, moi, Sakurai Eileen, mi-Humaine mi-Sorcière, je dois en plus gérer des pouvoirs que je connais pas complètement et qui se révèlent des plus imprévisibles ou des plus bizarres. Et pour couronner le tout, on a une série de meurtres plus gores les uns que les autres. Et le tueur a un objectif : appeler un puissant Démon. Je vous jure, j’aurai dû demander à être muter à l’antiterrorisme, c’est plus calme à côté. Faut que je me débrouille toute seule !

Les aventures des soeurs Sakurai : volume 2 – Aysly

Etat : En projet
Nombre de mots et chapitres écrits : NC
Résumé :

Volume qui se concentre sur la demie-soeur d’Eileen, Aysly, mi-humaine mi-fée.

 Kaëlyn Galnorn : chasseuse de primes

Etat : En projet
Nombre de mots et chapitres écrits : NC
Résumé :

Kaëlyn travaille de jour dans un lycée en tant que conseillière principale d’éducation. Mais la nuit, elle devient une redoutable chasseuse de prime pour le compte de la Rozen Kreuz, une dangereuse organisation qui veille à ce que les lois de l’Outremonde soient scrupuleusement respectés et n’hésitent pas à faire appel à des « traqueurs » non déclarés pour régler les affaires courantes. Car Kaëlyn qui se fait appeler Katy sur son lieu de travail est une véritable Sorcière de sang pur et descend d’une très ancienne lignée, apparentée au dieu Ondin (qui n’est, selon la vision des créatures fantastiques, qu’un puissant esprit et dont la vénération est une invention humaine). Elle est également très âgée, probablement plus de 400ans. A travers ses missions dans Atlanta, elle va peu à peu découvrir que la Rozen Kreuz a une sorte de de rival ancestral, surnomé le Couvent et dont l’objectif est obscur.
Kaëlyn est également à la recherche de son seul et unique amour, Theodran, un vampire vieux de presque trois millénaires.

Medieval Fantasy

Les Chroniques d’Onirie

Etat : En projet
Nombre de mots et chapitres écrits : NC – 4 tomes prévus
Résumé :

Depuis près de 800 ans, les Terres d’Oniria étaient en paix. Les royaumes ne connaissaient que richesse et prospérité. Mais dans l’ombre et l’obscurité des terres englouties, le mal gronde à nouveau. Un nouveau Sage Noir doit être élu, le cinquième, celui qui deviendra le maître absolu du destin de ces terres verdoyantes et de ceux qui y vivent. L’antique prophétie clamant la naissance des Cinq Lumières Blanches se réalisera-t-elle ?

Polar

Saga « L’Ombre » Statut : travail de recherche en cours. Format : Quadrilogie. Genre : polar.

1er tome : « Les fantômes des ombres » : Des couples âgés sont brutalement assassinés et des prostituées sont retrouvées avec des organes qui leur ont été retirés. Deux affaires criminelles totalement différentes, mais qui sont liées par un tandem morbide entre deux tueurs. La police piétine et fait appel à Judith Stern, étrange psychocriminologue souffrant du syndrome d’Asperger, tout juste revenue d’un stage d’étude aux États-Unis. Peu à peu, la jeune policière réalisera que ces affaires ne sont que la surface immergée d’un iceberg dont le maître se fait appeler « L’Ombre ».

2nd tome « Projet 1970 » : Suzanne, aperçue dans « Les fantômes des ombres », est une pirate informatique de génie et une cambrioleuse de haut vol surnommée Baby Babsy. Durant ses pérégrinations dans le côté obscur d’Internet, elle découvre un mystérieux programme nommé « Projet 1970 ». Parallèlement, une vague de suicides s’abat sur de nombreux informaticiens à travers le monde, dont le célèbre hackeur Dark Weird, son maître à penser. Décidée à faire la lumière et le lien entre ces morts étranges et « Projet 1970 », Suzanne ignore encore face à quel complot elle devra avoir affaire.

3eme tome « Des pas dans la neige » : Janvier 198*. Une petite fille disparaît un matin d’hivers. Ses dernières traces : des pas dans la neige. Enlèvement, fugue, la police finit par classer l’affaire.

Juin 201*. La canicule frappe la France. Clara, jeune éducatrice, est assaillie depuis son enfance par de terrifiants cauchemars : elle est une déportée d’Auschwitz. Mais Clara a trente ans. Comment pourrait-elle connaître avec précision les horreurs des camps de la mort ? Un soir, un des élèves qu’elle suit disparaît, sur son lit, un mot, un seul : « Ava est toujours vivante. ». Pour Clara, c’est le choc. Sa grande sœur était la petite disparue de ce matin de janvier 198*… Peu à peu, une vérité commence à émerger. Mais cette vérité risque fort de faire basculer Clara dans la folie.

4eme tome, titre à venir : Depuis la disparition de Sandro et la mort de Clara, Judith est déterminée à découvrir qui ou quoi se cache derrière l’Ombre. Pour cela, elle va être aidée par Suzanne, recherchée par Interpol pour détournement et extorsion de fonds, manipulation de marché, trafic d’influence, piratage de secrets industriels et cyber terrorisme, déterminée à prouver son innocence et persuadée que l’Ombre est aussi l’instigateur du « Projet 1970 ». Mais ce qui les attend est peut-être pire que la mort, le plus grand mensonge et la plus grande illusion pour manipuler l’Humanité.

Tétralogie du « Médecin ».

Volume 01

  1. Madeleine, 10ans, est l’unique rescapée d’un mariage qui a tourné au carnage. Elle n’a aucun souvenir antérieur à cet épisode tragique.
  2. Âgée de 30ans, Madeleine est devenue institutrice dans une école dans la banlieue de Lyon. L’été, elle décide de partir pour Hyères les Palmiers, dans le Var, pour savourer quelques jours de tranquillité dans une pension familiale. Elle y rencontre Serge, jeune flic et se lie d’amitié avec lui. Néanmoins, ce qui auraient dû être des vacances paisibles tournent au cauchemar. Une jeune femme est retrouvée assassinée dans le jardin de la pension… et qui ressemble trait pour trait à l’institutrice. Maddie va commencer à soupçonner que c’est lié à son horrible passé. En quête de réponses, la jeune femme aidée par Serge va voir les pensionnaires d’un autre œil, soupçonnant l’un d’entre eux d’être le « Médecin », celui qui a assassiné sa famille vingt ans auparavant. Peu à peu, elle va découvrir quelque chose qui va bouleverser sa vie…

Volume 02

Eté 2003.

La canicule s’est abattue sur la France… et une vague de disparition avec. Cassandra Essler, l’une des premières « profileurs » de l’Hexagone devenue détective privée plus par contrainte que par choix, se retrouve à chercher Stella, une étudiante de 21ans, disparue un soir sans laisser de trace…

Parallèlement, Maddie est sur la trace de celui qu’on nomme l’As de Pique ou qu’elle surnomme encore « le Médecin ». Des réunions secrètes des Francs-Maçons aux mystérieux souterrains Lyonnais, Cassandra et Maddie se sont lancées sur les traces non pas d’un tueur mais de quelque chose de plus dangereux et terrifiant… au risque de réveiller des choses dont il aurait été préférable de laisser enfouies.

Volume 03

2006

Madeleine a de nouveau disparu. Cassandra avec l’inspecteur Bequantin traquent l’Organisation afin de découvrir la vérité sur les origines de Madeleine.

Bourgoin-Jallieu. Karen est surveillante dans un lycée. C’est une jeune femme légèrement plus jeune que Maddie, vive, enjouée. Un jour, un homme en noir débarque sur son lieu de travail et prononce « Protocole B6-7-12 ». Karen change du tout au tout avant que l’inconnu lui sorte : « Agent Zwölf. Vous avez un ordre de mission. » et lui tend un revolver en lui ordonnant de tuer ses collègues. Sans un mot, Karen/Zwölf tire sur l’inconnu et s’enfuit.

Le carnage peut commencer…

Volume 04

2009

Maddie, Cassandra et Betanquin sont sur le point de dévoiler le vrai visage de l’Organisation. Pour cela, ils doivent retrouver Karen, le bras armé de l’Organisation. Maddie sait qu’elle devra, non seulement la neutraliser, mais rester sur ses gardes. Comme Karen, elle sait qu’elle l’un des nombreux cobayes destinés à devenir des machines à tuer. Elle ignore encore qu’elle va revoir par hasard celui qu’elle accuse d’être à la tête de cette Organisation et que jamais elle ne fût aussi proche de cette personne.

Fanfiction

Les Chroniques du livre des Ombres

Etat : En cours
Fandom : Diablo 3t
Nombre de mots et chapitres écrits : 1800/2 chapitres
Résumé : Lune et Roxanne, respectivement Moniale et Chasseuse de démon, s’unissent pour mettre la main sur le Livre des Ombres qui, dit-on, a été écrit de la main de Diablo lui-même.

Beauté – Tops & flops 2017 et attentes 2018

Hero

Et voici mon top et flop des produits de beauté (make up et soin). J’ai probablement moins tester des soins cette année donc je ne vous mettrais que le premier prix et deux coups de coeur, contrairement au maquillage où j’ai enrichi ma petite collection de quelques perles mais aussi de quelques déceptions.

1482361985_advantage_quality

m17360446_p3103005_princ_zoomm15350603_p2826005_1_zoom

Et le produit maquillage qui remporte le top est la palette Desert Dusk d’Huda Beauty. Les couleurs sont juste magnifiques et je trouve que les fards sont vraiment agréables à travailler. La première palette de chez Huda est aussi une excellente référence et toutes deux se complètent plutôt bien. Seul bémol : le prix. Mais après, elles sont tellement top que je n’ai absolument pas regretté mon achat.

05star

m15310648_348792_medium

m12751298_329370_medium

Mes énormes coups de coeur pour le rouge sans transfert de Sephora et le correcteur, toujours de chez Sephora. Leurs plus : prix abordables pour des produits de qualité
– Le Rouge sans transfert : choix de teintes dément, super tenue
– Le correcteur : super couvrance et facile d’application

04star

Dans des produits excellentes découvertes :
– Monsieur Big de Lancôme : qui s’allie bien avec le Velvet de chez Marc Jacob
– Le rouge mat Diva de chez Mac : besoin de présenter les RaL de chez MAC?
– Le Lip Lingerie de chez Nix : excellente découverte qui rivalisent avec les sans transfert de chez Sephora en terme de tenue.
– La Naked Heat de chez Urban Decay : cette palette a soulevé les passions entre ses fans et ses détracteuses. Personnellement, j’adore les tons chauds de cette palette dont je trouve que les fards sont plus faciles à travailler que la Naked 3.

03star

Bons produits même s’ils  ne sont pas parfaits :
– Le Shade + Light de chez Kat Von D : fard un peu poudreux mais très belles teintes.
– Le Born the Way de chez Too Faced : A tendance à migrer un peu.
– La Natural Love de chez Too Faced : très beau choix de teintes mais là aussi, certains des fards sont un peu poudreux.

02star

Pas un flop mais pas loin quand même :
– Unicorn Essence de chez Farsali : un buzz pas mérité. Après, la texture est assez marrante mais ça fait très gadget et cher pour ce que ça vaut.
– Chrysalis Eyeshadow Palette de chez Kate Von D : En fait, c’est ce bleu électrique qui me fait pas choisir cette palette le matin.

01star123

Une énorme déception que cette palette de Too Faced (alors, que d’habitude, j’adore leurs produits et que j’attends avec une impatience grandissante les palettes Peach et la Chocolate Gold). Les fards ne s’allient pas, se travaillent mal… Bref, je la garde par esprit de collection mais… je vous la déconseille.

1482361985_advantage_quality

m13080990_338169_herom15410675_353775_hero

J’ai adoré ces soins de chez Sephora. Que ce soient les masques, les crèmes démaquillants/exfoliantes ou autres, ces produits sont vraiment agréables à utiliser.

05star

frizz_ease_produits7

Un produit découvert cette année pour les cheveux :
– Le soin démêlant Miraculous Repair de chez John Frieda. Le plus que j’ai remarqué : ayant normalement les cheveux très fins et souvent électriques, ça les a rendu plus épais et moins électriques même quand je mets mon bonnet de laine. Une bonne surprise.

Mes attentes 2018

Alors, cette année, j’attends en priorité deux palettes Too Faced : la Just Peachy Mattes qui sort ce lundi 8 janvier et la Chocolate Gold Eye Shadow Palette qui sort, je crois, courant février. J’ai hâte de voir ce qu’elles ont dans le ventre ❤ .

[Ecriture/Lecture]Ma WishList

person-writing-letter-with-metal-quill

En farfouillant mon LiveJournal, je suis retombée sur ce post et comme j’ai vraiment envie de me remettre à l’écriture, je le reposte sur mon WP. Je vais sans doute déterrer deux trois memes afin d’alimenter un peu mon WP et proposer quelques jeux. Si des couples vous inspirent et vous donnent envie d’écrire un petit (ou pas) texte, n’hésitez pas à me le dire. Néanmoins, je ne prends pas de commande.

Code 
En gras : Amour éternel ou obsession du moment
En normal : Gros intérêt à long terme
* : Pas de problème à le faire en écriture
+ : Aimerait le voir en lecture car n’arrive pas à l’écrire

Ma Whish List

Les Genres/thèmes

* Le polar
* La romance en général.
* Le PWP
* Le porn/érotique kinky
* Les relations chaotiques, tordues voire carrément malsaines.
* Les triangles amoureux
* Les descriptions d’émotions
* L’Angst et plus généralement les Darkfics.
* La fantasy
* Le fantastique
* L’historique avec une préférence pour la Rome Antique, le Haut Moyen-âge, la Révolution française, le XIXeme siècle
* Les couples bizarres, originaux, qui sortent vraiment du canon mais qui pourraient être crédibles (personnalité, âge ect) (Voir ma liste plus bas)
* Les cross-overs plausibles qui, à cause d’un élément/thème/époque peuvent lier deux fandoms différents (Exemple : School univers avec un Ikkitousen/Prince of Tennis ou Ouran Host Club/Prince of Tennis, les shinigamis avec un Yami no Matsuei/Bleach, Alien/Predator pour une licence reconnue, Numb3rs/New York USV ect ), Alerte Cobra/Monster pour mélanger deux supports différents
* J’ai une préférence pour l’Hétéro et Yuri mais je peux lire/écrire du Yaoi à l’occasion.
* Les ambiances étranges, oniriques, mystérieuses.
* Les ficlettes, les tranches de vie, des captures d’instants.
* Les relations troubles, ambivalentes, la frontière entre amour et amitié est floue.
* Cyber thèmes et plus généralement, la S-F
* Les Original Characters
* Les théories romancées
* Les UA

Kinks préférés

(Je n’ai pas tout traduit de la liste de kinks qui s’est allongé depuis quelques années, je m’en excuse)

* Les relations interdites et/ou impossibles
* Le BDSM soft (sans blood plays et/ou blessures sérieuses)
* La Domination/Soumission/la manipulation
* Les relations Amour/Haine.
* Les relations avec jalousie.
* Cross-Dressing, travestissement.
* Les genres troubles (Meilleur exemple avec Nao de Love Me Tender)
* L’utilisation de sex toys
* Discipline, punition
* Le 69
* l’Unresolved Sexual Tension (UST)
* Les jeux de pouvoirs/contrôle
* Les Treesomes/Moresomes avec préférence : deux garçons + une fille. Pour les Moresomes, autant de filles que de garçons.
* Aristocracy (aristocratic behaviors, characteristics, and/or identity; chivalry and noblesse oblige; royal blood; elegance or effeteness; dignity; royal courts or castles; imperial cultures; Greco-Roman classicism; dynastic families; gentlemen; aristocrat pairings with houseboys, stable-boys, or secretaries)
* Bad boys (punks, rebels)
* Bad girls (dirty girls; naughty schoolgirls; femme fatales)
* Bisexualité
* Bondage
* Gender themes (gender confusion; sex changes; genderfucks; hermaphrodites; cross-dressing or other forms of genderbending; drag queens and transvestites; androgyny; forced feminization; butch/femme; tomboys)

Ce que je n’aime pas

* Les changements de POV
* Les POV d’une façon générale (je ne crache pas non plus dessus mais je n’apprécie pas les POV à la Twilight. Bref, je ne veux pas d’héroïne/héros qui fait tourner le monde autours de son petit doigt)
* Les dialogues style théatral
* Le bashing
* Le changement de sexe des personnages en cours d’histoire sans explication.
* Le futanari
* L’inceste gratuit pour faire cool
* Les fanfictions génériques qui font copiés collés
* le MPreg
* Les Yaoi traités de façon cliché, qui font copié/collé et/ou contenant du viol traité avec légèreté parce que ça fait « trop kikoolol »
* Les couples populaires de façon cliché, qui font copié/collé et/ou contenant du viol traité avec légèreté parce que ça fait « trop kikoolol »
* Les thèmes graves traités avec une totale légèreté ou avec un manque visible de connaissance du sujet abordé
* Les lemons qui font cours de biologie.
* L’absence de description dans un texte.
* Le RPF avec des chanteurs ou autres actuels

Anime / manga / desssins animés

– Akuma to love song : Maria- Alice au Royaume de coeur : Alice/Chapelier
– Berserk : Guts/Casca, Griffith/Guts
– Bible Black : Saeki Kaori
– Black Butler : Sebastian Michaelis
– Bleach : * Ikkaku/Yumichika, Byakuya/Hisana, Byakuya/Rukia, Ichimaru/Matsumoto, Aizen/Hinamori, Abarai/Hinamori, Yoruichi/Soi Fong, Hirako/Hinamori
– Blood C : Saya/Fumito
– Card Captor Sakura : Toya/Yukito
– Chocolat et Vanilla : Pierre/Chocolat
– * Claymore : Cassandra/Roxanne, Irene/Teresa, Miria/Hilda, Deneve/Helen, Sophia/Noelle, Octavia, Chronos
– Death Note : Light/L, Near/Mello
– Discipline : The record of Crusade : Kaneda
– Fruit Basket : Hatori/Tohru, Momiji/Tohru
– Get Backers : Akabane/Hevn, Masaki/Hevn, Kazuki/Jubei
– Ghost Hunt : Lin/Mai
– Ghost in the Shell : Saito, Motoko
– GirlFriends Beta : tous les personnages
– Gravitation : Eiiri/Shuichi
– * Hakuouki Shinsengumi Kitan : Hijikata/Chizuru, Saito/Chizuru, Hijikata/Saito/Chizuru
– Hatsukoi Limited : Tous les personnages
– Host Club : Toya/Haruhi
– * Ikkitousen : Ryoufu/Ryoumon, Kanu/Ryoumon
– Loveless : Seimei
Love me tender : tous les personnages
– Ma femme est une étudiante : Onohara
– Mai Hime : Mai/Mikoto, Shizuru/Natsuki, Haruka/Yukino
Mononoke : Medecine Seller, Medecine Seller/Kayo
– Monster : Tenma/Nina
– Naruto : Itachi/Anko, Itachi/Deidara/Anko, Hidan/Anko, Deidara/Anko
– Peace Maker Kurogane : Hijikata/Okita
– Princess Princess : Toru/Yujiro
Prince of Tennis/Shin Prince of Tennis : Sakuno/n’importe qui avec une préférence pour Yukimura/Sakuno, Sanada/Sakuno, Tezuka/Sakuno, Fuji/Sakuno, Shiraishi/Sakuno, Tokugawa/Sakuno, Irie/Sakuno et Ryoga/Sakuno
– RG Veda : Kendappa/Soma
– Sailor Moon : Uranus/Neptune, Seiya/Usagi
– Saiyuki : Sanzô/Hakkai, Hakkai/Goku
– Samurai Deeper Kyo : Akira/Yuya, Hotaru/Yuya
– Serial Experiment Lain : Lain/Alice
– Starless 21st Century Nymphomaniacs : Marie
– Ultra Maniac : Ayu/Nina, Kaji/Ayu
– Vampire Knight : Kaname/Yuki/Zero(facultatif)
– Viewfinder : Feilong/Asami (ou l’inverse)
– Welcome to hotel williams child bird : Asai/Kizuna
– X : Seishiro/Subaru, Yuto/Karen
– Yu-Gi-Oh! : Pharaon Atem/OC féminin.

Séries TV

– Alerte Cobra : Semir/Andréa, Chris Ritter, Tom Kranich, Jan Richter
– Buffy the Vampire Slayer : + Spike/Buffy, Willow/Tara, Willow/Kenedy
– Esprits Criminels/Criminal Minds : Gideon, Morgan
– Game of Thrones : Daenerys, Jaime/Cersei, Arya, Sansa, Jon Snow
– Gossip Girl : Serena/Blair, Nate/Dan, Dan/Blair
– Hannibal : Hannibal/Graham
– House MD : Gregory House
– Kaamelott : Arthur, Perceval, Yvain/Gauvin
– King & Maxwell : Carter/Maxwell
– Last Resort : Grace/James, Sam/Christine, Chaplin/Cortez
– New York USV : Olivia/Munch
– Numb3rs : Larry/Megan, Charles/Anita
– Pretty Little Liars : Emily/Aria, Aria/Erza, Spencer/Toby
– Rex, chien flic : Alex Brandtner
– Spartacus : Gannicus, Crassus/Kore, Cesar/Kore, Agron/Spartacus
– Supernatural : Dean/Castiel
– The Exorcist : Marcus/Tomas
– The Vampire Diaries : Damon/Elena
– The White Queen : Elisabeth/Edouard
– The X-Files : Mulder/Scully, Skinner, Skinner/Malboroman
– Torchwood : Jack/Ianto, Jack/John
– True Blood : Eric/Sookie
– Versailles : Louis XIV

Films

– 300 : Leonidas/la Reine Gorgo
– 300, la naissance d’un empire : Themistocle/Arthémise
– Alien : +Ripley, Xenomorphe

– Harry Potter : Draco/Hermione
– Lord of Rings : Aragon/Frodon, Legolas, Peregrin/Meriadoc
– Marie-Antoinette : Fersen/Marie-Antoinette
– Moulin Rouge : Christian/Satine, Toulouse
– Portier de Nuit : Max/Lucia
– Sex Crims : Lombardo/Duquette, Suzie/Kelly
– Star Wars : Anakin/Padme, Dark Vador
– The Purge/American Nightmare : Leo

Livres

– Alice in Wonderland : Chapelier fou/Alice, Reine Rouge/Reine Blanche
– Ca : Bill/Ben, Bill/Beverly, Pennywise
– Contes de fée : La marâtre/Blanche Neige, Le Prince/La Belle au bois dormant, Le chasseur/Chaperon Rouge
– Claudine à l’école + suite : Claudine/Luce, Annie
– Comtesse de Ségur : Mme de Fleurville/Mme de Rosbourg, Mr de Rosbourg/Mme de Rosbourg, Mr de Rosbourg/Mme de Rosbourg/Mme de Fleurville, Christine/Gabrielle, Christine/François
–  L’écume des jours : Colin/Chloë
– Les Liaisons Dangereuses : Valmont/Merteuil, Merteuil/Cécile, Danceny/Tourvel, Valmont/Tourvel
– Les Rougon-Macquart : tous les personnages
– Lolita : Lolita
– MacBeth: MacBeth/Lady MacBeth
– Ugly/Pretty/Special : Tally
– Warriors/La Guerre des Clans : Etoile de Feu, Plume Grise, Etoile Bleue, un peu tous les personnages
– Wicked Lovely : Aislin/Seth, Irial/Nial

Autre

– Alice Madness Return : Alice
– Diablo II/III : L’assassin, la moine, la chasseuse de démon
– La Flûte enchantée : La Reine de la nuit
– My Little Pony : Friendship is magic! : Tous les personnages
– Personnages historiques : Marie-Antoinette, Sissi, Mozart, les empereurs romains, Clovis/Clotide, Danton/Robespierre
– Vocaloid : Megurine Luka/Hastune Miku

X-Over

– Alerte Cobra/Rex, chien-flic : la dream team de mes rêve : Semir, Kranich et Brandtner
– Alerte Cobra/Monster : Chris/Nina
– Ikkitousen/Prince of Tennis : Fuji/Shiryu, Tokugawa/Shiryu, Irie/Ryoumon, Inui/Kaku, Kan-U/Sakuno, Irie/Gentoku, Ryoga/Gentoku, Ryoga/Kan-U, Shiraisi/Shiryu, Kentarou/Koumei
– Kimi ga Nozomu Eien/Prince of Tennis : Tokugawa/Haruka
– Hakuouki Shinengumi Kitan : SSL/Prince of Tennis : Saito/Sakuno

Movie/Serie/Book/Manga Challenge 2018

text-2884720_640

Allez, hop! On remet ça, en espérant plus de succès (ou plus de temps surtout).

Lilylit et Tinalakiller déclarons ouvert l’édition 2018 du Movie Challenge !

 

Le but du jeu est simple : découvrir 40 films pour 40 catégories différentes. Vous avez jusqu’au 31 décembre 2018 pour y arriver. Dans mon cas, je rajoute les séries, livres et manga

  1. Un film/série/livre/manga dont tu voudrais changer la fin
  2. Un film/série/livre/manga qui t’a déçu(e)
  3. Un film/série/livre/manga qui a eu de mauvaises critiques
  4. Un film/série/livre/manga que personne ne s’attendait à ce que vous aimiez
  5. Un film/série/livre/manga européen hors France
  6. Un film/série/livre/manga ni américain ni européen
  7. Un film/série/livre/manga qui se déroule dans le milieu médical
  8. Un film/série/livre/manga dont un personnage a le même nom / surnom que toi
  9. Un film/série/livre/manga avec un verbe à l’infinitif dans le titre
  10. Un film/série/livre/manga avec une saison dans le titre
  11. Un film/série/livre/manga avec un prénom dans le titre
  12. Un film/série/livre/manga dont le titre comporte une couleur
  13. Un film/série/livre/manga dont le titre contient un numéro
  14. Un film/série réalisé par un acteur/une actrice qui joue dedans
  15. Un film/série réalisé par un non-réalisateur à l’origine (hors acteur et actrice)
  16. Un film muet
  17. Un documentaire
  18. Un court-métrage
  19. Un film/série/livre/manga sorti l’année de ton bac
  20. Un film primé à Berlin ou Venise
  21. Un film primé à Cannes :
  22. Un film ayant remporté l’Oscar du meilleur film
  23. Un premier film/série/livre/manga
  24. Un film/série/livre/manga engagé
  25. Un film/série/livre/manga qui vous a mis en colère
  26. Un film/série/livre/manga avec un personnage atteint d’un handicap (physique et / ou mental)
  27. Un film/série/livre/manga qui n’est pas sorti en salles en France
  28. Un film/série/livre/manga se déroulant dans un lycée / collège / université
  29. Un film/série/livre/manga avec un acteur que j’adore
  30. Un film/série/livre/manga avec une actrice que j’adore
  31. Un film/série/livre/manga sensuel :
  32. Un film/série/livre/manga qui dure minimum 3 heures
  33. Un film /série/livre/mangase déroulant pendant les fêtes de Noël ou pendant la Saint-Sylvestre
  34. Un remake ou film ayant été objet de remake
  35. Un film tiré de série / ayant inspiré une série
  36. Un film adapté d’un livre que j’ai lu
  37. Un film d’animation
  38. Un film/série/livre/manga dont le héros n’est pas humain
  39. Un film/série/livre/manga basé sur des faits réels
  40. Un film/série/livre/manga avec une bonne BO

 

Je me permets de reposter les règles si vous souhaitez vous aussi y participer (et ne pas hésiter à passer chez Tinalakiller pour manifester votre intérêt).

Nous vous invitons évidemment à y participer. Et les manières pour jouer sont plutôt simples et nombreuses. Voici quelques exemples possibles (et j’imagine qu’il doit y en avoir d’autres) :

  • Poster sur votre blog les critiques des films vus
  • Juste signaler sur votre blog que vous participez au Movie Challenge et dire parfois (ou juste une fois) où vous en êtes
  • Juste nous dire (en n’oubliant pas de nous tagguer histoire qu’on vous voit mieux) où vous en êtes via les réseaux sociaux notamment sur Twitter ou Facebook
  • Manifester votre intérêt via des listes et / ou des critiques sur Sens Critique

Bref les possibilités restent multiples. Nous comptons vous donner une véritable liberté. Le principal est de faire ce Challenge pour vous. Pour vous amuser, vous ouvrir l’esprit, trouver un nouveau moyen de se cultiver, de regarder des films que vous n’osez pas encore regarder etc…

Nous restons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions si vous en avez.

Si vous voulez y participer, manifestez-vous !

TAG Collection – Mes parfums

Perfume-Care-–-8-Simple-Tips-To-Store-Your-Perfumes-and-Make-Them-Last-Longer.jpg

Pour cet article, je vous propose de vous faire partager mes collections, ici ma collection de parfums !

Tout d’abord, quelques photos

Les parfums que je possède avec à côté de certains d’entre eux, un chiffre sur 25 (le nombre de principaux parfums de ma collection) qui correspond à mon degré de préférence. Plus le chiffre est petit, plus ce parfum est haut dans mes préférés. Certains sont ex-aecquo car il m’a été quasiment impossible de départager…

Chanel

N°5 – 10/25
Christalle
Coco Mademoiselle – 2/25

Chantal Thomass

Chantal Thomass

Diesel

Loverdose – 4/25

Dior

J’adore
Dolce Vita

Givenchy

Live Irresistible – 3/25

Jean-Paul Gaultier

Scandale – 4/25

Lancôme

La vie est belle – 1/25 (Ce parfum est clairement mon préféré que j’aime d’amour !)

Lolita Lempicka

Premier Parfum – 5/25

Mugler

Angel – 2/25

Nina Ricci

Nina – 6/25
Les délices de Nina – 7/25 

Playboy

Play it Sexy
Play it Lovely

The Body Shop

Eau De Toilette Atlas Mountain Rose
Eau De Toilette Indian Night Jasmine
Eau De Toilette British Rose

Yves Rocher

Comme une évidence
Moment de bonheur – 9/25
Quelques notes d’amour – 11/25
Flower Party – 9/25
Cléa
Editions été (malheureusement, plus trouvable)

Yves Saint Laurent

Baby Doll

Comme vous l’aurez compris, mon préféré est La vie est belle qui a détrôné par ailleurs Coco Mademoiselle qui lui régnait sans partage depuis plusieurs années! Mais, même s’il a été rétrogradé d’une place, Coco reste quand même dans mon top 10. Dans ce top 10, on peut avoir la surprise de trouver des parfums Yves Rocher qui, si la marque est une déception dans le domaine du maquillage, possède quand même des parfums de qualité agréable à porter, plus accessible que le N°5. Dans cette collection, même si je ne l’apprécie pas particulièrement, j’ai eu la fierté de pouvoir trouver le parfum de Chantal Thomass qui possède un flacon follement élégant avec sa petite dentelle.
Grande entrée très récente, Scandal de Jean-Paul Gaultier qui a été un gros coup de coeur.

Quelques parfums que j’aimerai posséder :
L’air du temps – Nina Ricci
Mademoiselle Rici – Nina Ricci
So Sweet – Lolita Lempicka
La petite robe noire – Guerlain (et oui ! je ne possède toujours pas ce parfum devenu mythique, juste en échantillon.)

Chronique Film – Ça

it

Genre : Epouvante-horreur, thriller

Sortie officielle française: 20 septembre 2017

Durée : 2h15

Résumé

À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s’intégrer se sont regroupés au sein du « Club des Ratés ». Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l’école. Ils ont aussi en commun d’avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu’ils appellent « Ça »…
Car depuis toujours, Derry est en proie à une créature qui émerge des égouts tous les 27 ans pour se nourrir des terreurs de ses victimes de choix : les enfants. Bien décidés à rester soudés, les Ratés tentent de surmonter leurs peurs pour enrayer un nouveau cycle meurtrier. Un cycle qui a commencé un jour de pluie lorsqu’un petit garçon poursuivant son bateau en papier s’est retrouvé face-à-face avec le Clown Grippe-Sou …

Mon avis

Attention, contient des spoilers !

Alors, pour faire cette chronique, il m’est apparu indispensable de revenir à la fois sur l’oeuvre dont est tiré le film, les deux romans Ça écrits par Stephen King, et le téléfilm de 1990. En effet,  Ça est considéré, à juste titre, comme l’une des oeuvres la plus aboutie des nombreux romans de Stephen King. Ensuite, le téléfilm en deux partie de 1990 a durablement marqué des générations, particulièrement la première partie, celle se déroulant principalement pendant la jeunesse des héros, la seconde partie ayant malheureusement une fin absolument ridicule avec un monstre en carton pâte et des acteurs adultes ne semblant pas convaincus et convaincants dans leurs rôles. Le clown, interprété par Tim Currin, a traumatisé nombre de gens par un jeu habile et un fort humour noir. Mais j’y reviendrai évidemment. Il me fut (et ça a dû être le cas d’un certain nombre de spectateur) difficile de ne pas comparer ces deux versions, notamment, le rôle de Pennywise et son impact sur la peur qu’il peut susciter durant le visionnage.

Le roman, avant même d’être un pur roman d’épouvante, est d’abord un film qui porte un regard à la fois sur l’enfance et le rapport d’un adulte sur l’enfance mais aussi une analyse de la peur, des différentes formes qu’elle peut prendre et de son influence sur le psyché global d’un être humain. J’ajouterai que Ça peut être aussi vu comme une sorte de chronique sociale d’une Amérique des années 50/60 avec des éléments chers à Stephen King et que l’on retrouve dans nombre de ses autres romans avec la musique avec beaucoup de référence au rock, des voitures mythiques avec la Plymouth, Bill Denbrough est écrivain, l’intrigue se déroule dans l’état où a vécu King, des personnages , en tout cas les personnages quand ils sont enfants, sont issues d’une classe moyenne voire pauvre etc. Honnêtement, il me faudrait des semaines pour réaliser une chronique des deux romans tant ils sont riches avec de nombreuses thématiques sous-jacentes que l’on peut cerner puis analyser. J’espère vous proposer un jour une chronique sur ce roman culte.

La question qui taraude quiconque projette d’aller voir le film, ce reboot est-il à la hauteur de la complexité du roman ?

Si vous allez voir ce film pour pousser juste des cris d’effroi et vous faire peur, vous risquez fort d’être déçu. En effet, le premier téléfilm avait marqué les esprits à cause du clown, brillamment joué par Tim Curry, résumant finalement le monstre au clown alors que le clown n’est qu’un des nombreux visages du monstre. La stratégie marketing avait d’ailleurs beaucoup joué sur la coulrophobie. Je dois d’ailleurs dire que la soirée Horror Night pour laquelle j’ai eu l’occasion de voir le film en avant-première voulait vraiment plonger le public dans l’ambiance avec des ballons partout dans la salle et un clown qui cherchait à faire peur alors que finalement, on n’est pas dans un film de clown maléfique. Mais, et c’est là où je veux en venir, le film est vraiment brillant. Oui, ce n’est pas un énième film d’épouvante. Car si vous voulez voir une adaption la plus fidèle possible de l’oeuvre de Stephen King et non un ersatz, le  Ça de 2017 remplit grandement ce rôle. On retrouve par exemple la maison sinistre du Neibolt Street, totalement absente du téléfilm ou certains personnages qui avaient été oubliés tel Patrick Hockstetter. De plus, en se concentrant sur la partie de l’enfance des héros, le film permet d’approfondir réellement les liens entre eux, leur amitié, leur club des Ratés tel qu’ils la définissent, étant l’épine dorsale du roman.

En revisitant le roman en l’adaptant à la hype du moment, les années 80, qu’on a vu notamment avec le succès de la série Stranger Things (il faut signaler que l’acteur qui a joué Richie est aussi dans cette série), j’ai été au départ décontenancée mais je trouve l’idée assez intéressante. Cependant, certains passages n’ont, à mon avis, pas eu la meilleure musique. Je pense évidemment à l’homérique bataille de cailloux entre les Ratés et Henri Bowers et sa bande. L’aspect horrifique qui n’est pas aussi intense à laquelle on s’attendait, ce qui a surpris un certain nombre de spectateurs. On ne peut pas dire qu’on sursaute vraiment. Mais le diable se cache dans les détails et c’est vraiment le cas dans Ça où on peut même dire que, certes le clown est l’entité démoniaque, mais nombre d’autres personnages possèdent quelques choses de maléfiques, comme le père de Bev, le pharmacien et, bien sûr, Henri Bowers, la terreur des cours de récréation, qui bascule dans le meurtre de son paternel après avoir martyrisé la bande des Ratés. Et le réalisateur a plutôt bien cerné le propos du roman.

Concernant Pennywise, il ne devait pas être facile de succéder à Tim Curry qui avait imprégné et donné un visage presque indétrônable à un mythe avec ce côté clown de carnaval, facétieux et pourtant terrifiant avec une bonne dose d’humour noir (« Jete ton aérosol et viens dans le sous-sol! » Purée, cette réplique reste juste énorme! ). Bill Skarsgård parle peu, contrairement à son prédécesseur, mais imprime sa marque avec son sourire de psychopathe. De plus, j’ai beaucoup apprécié son costume qui a été revisité façon année 1900.

Quant aux enfants, c’est dommage que certains n’ont pas su se démarquer, comme Stan, car tous ont une raison de faire partie du club des Ratés. Néanmoins, les acteurs jouant Richie et Bev sont particulièrement remarquables. Dans leurs terreurs, on y retrouve aussi la peur des adultes ou de devenir adulte, le thème par excellence du roman.

Mon principal regret est que le film est à la fois très court (malgré 2h15 de bobine !), oubliant certaines scènes du roman et à la fois longs sur certaines séquences. Néanmoins, ne râlons pas trop ; le réalisateur a quand même respecté les grandes lignes du roman et su en capter l’essence.

En conclusion, Ça est un bon film et sans doute, l’une des meilleures adaptations de l’un des plus grands écrivains américains contemporains. Il y aurait aussi de nombreuses choses à dire autours du film mais le mieux, c’est encore d’aller le voir !

 

Rentrée 2017 – Nouveautés & objectifs à venir

tee-1698288_1920

Et oui ! Les vacances sont finies et avec, un nouvel article pour faire un peu le bilan de mon blog, de mes objectifs et de plein de choses en général car, parfois, ça s’impose.

Côté écriture

Soyons honnête, je viens de traverser un immense désert. Après mon année de formation, très intense tant intellectuellement que même physiquement avec une hygène de vie assez stricte en terme d’horaire notamment, ces deux mois d’été m’ont mise totalement KO pour l’avancement de mes textes. Je pensais faire le camp du Nanowrimo mais j’ai eu le besoin d’avoir quelques jours sans être h24 sur mon ordinateur. En fait, je crois que j’avais surtout besoin de faire d’autres choses que de taper sur un clavier. Néamoins, même s’il me faudra sans doute encore du temps pour arriver à me remettre sérieusement à l’écriture, le développement de mes romans continue son petit bout de chemin dans ma tête.
De plus, la pression de me faire éditer un jour, la fréquentation de groupes d’écriture, par exemple, d’auteurs qui publient sur Wattpad, ont probablement joué aussi sur mon rapport avec l’écriture.
Enfin, je me suis rendue compte, à titre personnel, que de lire mille et un conseils d’écriture n’est pas forcément la chose la plus motivante. J’ai mon style bien à moi et ces conseils ont fait naître le doute. Si je dois suivre les conseils pour suivre la mode du moment, je ne trouverai jamais le plaisir d’écrire. Or, j’aime le plaisir des phrases complexes, des paraphrases, des métaphores, des litotes, de toutes ces figures de style qui me font jouer avec la langue française.

Côté Blogging

Depuis quelques semaines, j’ai enfin repris mon WP en main après l’avoir délaissé. Manque de temps, d’envie, peu de visionnages ou lectures de nouveautés (que ce soit films, séries, livres, documentaires), j’ai réussi à m’y remettre et je vous annonce déjà quelques futurs chroniques :

  • Un bilan global de la série Pretty Little Liars
  • Chroniques de livres traitant de l’Affaire des Poisons et de la Bête du Gévaudan.
  • Chronique sur la série Versailles
  • Chronique à chaud du film Ça qui sort en septembre
  • Chronique à chaud de la saison 2 de The Exorcist

Je vais également vous proposer quelques autres articles types TAG comme des portraits chinois, mes fandoms de l’année (c’est un article toujours fun à écrire), ma liste de livres à lire, ma routine d’auteure, des interviews imaginaires des personnages que j’ai créés, des défis d’écriture, avancer le challenge proposé par Tinalakiller, faire un bilan par projet d’écriture…
Je vais également reprendre mes articles Mode & Beauté. Je ne suis pas douée pour faire des tutos make-up mais je pensais vous proposer des résultats de tuto réalisés sur moi avec mes propres produits (car on n’a pas forcément les produits des tutos). J’essaierai également de vous faire aussi des revues de produits, d’autant que la rentrée est riche en nouveautés et, dans les semaines et mois à venir, des produits sont très attendus, comme la collection de make up Fenty Beauty par Rihanna ou la collection Noël 2017 ou Peachy de Too Faced.
En attendant, je vous ferai un nouvel article produits favoris par catégorie (Yeux, Teint, Lèvre, soin).

Côté professionnel

Dès novembre, je retourne en formation. Pour être plus précise, je poursuis la suite de mon année de Webmaster en Concepteur Développeur Web (niveau Licence). Une nouvelle année encore plus intense m’attend désormais et j’ai commencé à chercher une entreprise pour être en alternance et, comme l’année précédente, me permettre de valider mon année.

Côté personnel

Après avoir réalisé mon souhait d’être partie toute seule comme une grande quelques jours en Haute-Loire, sur les traces de la Bête du Gévaudan, je me suis promise de recommencer l’expérience de partir me balader. L’Auvergne est bien sûr ma destination préférée mais j’ai vraiment envie de visiter quelques-une des nombreux châteaux de la Loire. Je pense aussi partir deux jours sur Versailles pour visiter le château et les jardins. Il y avait également un salon Microsoft à Paris en octobre qui m’aurait intéressée mais bon, je ne sais pas encore si j’irai ou pas.

En tout cas, j’espère que ces annonces vont vous plaire et n’hésitez pas à me proposer vos idées, suggestions et recommandations.

Et bonne rentrée à vous tous !

Chronique film d’animation – Ghost in the Shell

xEQVBrAd1hWtwCeK39RQ84CRqB7

Titre : Ghost in the Shell
Genre : Thriller, cyberpunk
Année : 1995

Résumé

Dans un Japon futuriste régi par l’Internet, le major Motoko Kusunagi, une femme cyborg ultra-perfectionnée, est hantée par des interrogations ontologiques. Elle appartient, malgré elle, à une cyber-police musclée dotée de moyens quasi-illimités pour lutter contre le crime informatique.

Le jour où sa section retrouve la trace du ‘Puppet Master‘, un hacker mystérieux et légendaire dont l’identité reste totalement inconnue, la jeune femme se met en tète de pénétrer le corps de celui-ci et d’en analyser le ghost (élément indéfinissable de la conscience, apparenté à l’âme) dans l’espoir d’y trouver les réponses à ses propres questions existentielles…

Mon avis

Attention ! Film culte en perspective qui se taille la part du lion dans mon top 10 de films préférés !

Je vous avais déjà chroniqué auparavant deux autres animes adaptées du manga de Masamune Shirow : la saison 1 de la série animée GitS : Stand Alone Complex et l’OAV Solid State Society. Aujourd’hui, je vous propose le film qui a popularisé cette oeuvre qui reprend simplement le titre de Ghost in the Shell.

Lui-même qui trouve une inspiration dans une autre oeuvre majeure des films d’animation, à savoir le cultissime Akira, GitS a été à son tour source d’inspiration pour de nombreux auteurs, réalisateurs, mangakas, la plus célèbre étant Matrix mais on peut citer une autre oeuvré déjà chroniquée ici : Serial Experiments Lain.

La sortie de l’adaptation américaine du film a soulevé un certain nombre de polémiques et, bien que ne l’ayant pas vu, j’ai été particulièrement gênée du passé physique de Motoko et du Puppet Master ainsi que l’héroïne retrouve sa mère… Blablabla… Ok, je peux comprendre qu’on voulait s’adresser d’abord à un public américain et que ce genre de narration a quelque chose de typiquement américain. Et là, non, pour la puriste que je suis, je refuse de voir un film qui dénature et corrompt totalement le propos même du l’oeuvre. Il en sera d’ailleurs de même pour le film Death Note où, je dois dire, Netflix me déçoit profondément. Fin de la disgression.

Avec plus de 20 ans au compteur, on peut déjà dire que le film n’a quasiment pas pris une ride, malgré les progrès depuis lors de l’animation.  Le scénario, complexe et nébuleux, propose plusieurs thématiques qui, aujourd’hui encore, trouvent un curieux écho et que j’ai déjà profondément et longuement évoquées : la fusion du réel et du virtuel, la relation homme-machine, la définition même de l’humanité, le transhumanisme, la possibilité de l’émergence d’une conscience dans l’océan du Net. Le film de 1995 a su véritablement transcender ces thématiques de manière à la fois magistrale et à la fois contemplative. On n’est pas face à un bête film d’action pure ou à un simple thriller futuriste. Le film invite les spectateurs à la réflexion comme le fait l’héroïne. Le long passage de contemplation après que Motoko exprime de manière énigmatique ses doutes et ses interrogations concernant sa présence au sein de la Section 9 est éminemment symbolique. Mais la toute fin possède aussi un symbole fort que l’on retrouve dans l’arbre généalogique fgravé dans le mur.

Il y aurait beaucoup à dire et même à redire dans ma chronique sur ce film qu’il faudrait l’aborder pratiquement séquence par séquence car, toutes ont leur importance et apporte une pierre à la réflexion générale qu’il soulève. L’une des choses qui, très personnellement, m’éblouira toujours a été la bande son qui, est encore aujourd’hui, l’une des plus belles. Mais pour mieux appréhender cette oeuvre, la visionner vaudra mieux que mille mots pesés et réfléchis.

En conclusion, Ghost in the Shell, le film de 1995, est LE film d’animation qu’il faut avoir vu et que je recommande plus que chaudement.

Réaction/Roman – Outrage de Maryssa Rachel

413zsoLRxOL._SX356_BO1,204,203,200_

Cet article est un peu particulier car il ne s’agit absolument pas d’une chronique mais d’une réflexion suite au bad-buzz qui a suivi la sortie d’un roman : Outrage par Maryssa Rachel.

Quatrième de couverture du roman

Le roman de l’emprise. Le roman de l’injustice des sentiments. Le roman de l’amour qui s’enfuit.

 » L’amour, le seul, l’unique, celui dont on n’oubliera jamais le nom, porte les stigmates de nos plus terribles douleurs. « 
Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.

Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.

Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…

Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.

Une information importante à connaître est le mot de l’éditeur que je vous copie-colle :

Dans une vie d’éditeur, il est des textes qui vous marquent et vous « signent » pour toujours. Il en fut ainsi d’Histoire d’O de Pauline Réage pour Jean-Jacques Pauvert, de La Mort Propagande d’Hervé Guibert pour Régine Deforges ou de Baise-moi de Virginie Despentes pour Florent Massot…

Pour ma part, il y eut La femme de papier de Françoise Rey, Le Lien de Vanessa Duriès, Dolorosa soror de Florence Dugas et L’Orage de Régine Deforges. Tous ces textes ont été importants car ils ont marqué l’histoire d’une littérature. Ils ont balayé toutes les incertitudes et dessiné d’autres contours. Chacun a apporté sa pierre à l’édifice, et a contribué à renouveler un genre.

Outrage de Maryssa Rachel est l’un d’entre eux. Il s’inscrit dans la veine de ces textes qui vous remuent jusqu’aux tréfonds de vous-même et y déposent une empreinte qui, tel un tatouage, ne pourra jamais s’effacer. Et longtemps après, le livre refermé, perdurera l’écho de tout ce qu’il a provoqué en vous.

Outrage c’est le livre de la démesure amoureuse et de l’urgence sexuelle pour réparer les dégats de l’emprise. C’est le livre de la perte de contrôle et de l’abandon, du renoncement et de l’instinct de survie. Maryssa Rachel parle à nos sens, à notre animalité, dussions-nous en mourir.

Véritable « coup de boule littéraire », Outrage est destiné à devenir un classique.

Franck Spengler

L’une des polémiques porte sur le fait que le roman n’aborde un bandeau d’avertissement. En effet, le roman, non content de décrire des scènes sexuelles (de façon assez direct, pour le peu que j’en ai lu), aborde des thèmes violents comme l’inceste, la pédophilie, l’urophilie et la zoophilie ! Rien que ça !

Et les critiques pleuvent sur le Net avec des titres de commentaires pour le moins éloquents : « Ignoble! », « DANGEREUX », « Tromperie et immoralité » etc. Bref, Outrage semble vouloir pulvériser la réputation du roman le plus scandaleux possible. Beau coup marketing en effet !

Tout d’abord, au delà du contenu, ceci est très personnel, je suis étonnée qu’on s’étonne ! Certes, le résumé aurait pu faire penser que ce roman était un énième roman de Dark Romance comme il en fleurit un peu de partout, suite au phénomène 50 Shades et vont souvent plus loin. Héroïne souvent kidnappée et séquestrée par un richissime homme d’affaire. Malgré viols et humiliations, l’héroïne tombe amoureux de son geôlier. On use et on abuse du syndrome de Stockholm, dans une grande majorité de cas, sans connaissance réelle de conséquences psychologiques. De plus, sur l’un des plus célèbres sites de publication en ligne, Wattpad pour ne pas le nommer, circulent aussi un certain nombre d’écrits qui traitent de violence sexuelle (viol, inceste et j’en passe) avec une désinvolture proprement révoltante et parfois, qui ne sont même pas mis dans les catégories appropriées. La culture du viol a encore de beaux jours devant elle ! Dans une certaines mesures, il n’est guère surprenant de voir émerger des textes de plus en plus subversifs dans le circuit littéraire classique.

Or, des quelques chapitres déjà parcourus (oui, j’ai acheté le livre pour me faire une opinion), Outrage n’entre absolument pas dans la catégorie « Romance » et son dérivé « Dark Romance ». Et je crois sincèrement l’écrivaine quand celle-ci dit (je cite) :

Je n’écris pas pour faire rêver, ni pour offrir des histoires mielleuses à souhait, je crois que je ne sais pas faire ce genre d’histoires. J’ai du mal à brosser le lecteur dans le sens du poil, je préfère le provoquer, le chambouler, le perturber, le faire réagir… Je ne veux pas être étiquetée auteure érotique, mes écrits ne sont pas masturbatoires…

L’erreur, sans doute voulue inconsciemment pour attirer le chaland, a été tant que par le résumé et tant aussi, peut-être, par la couverture de laisser entendre qu’il s’agissait d’une romance. De plus, lors de l’achat, au vu du contenu, j’ai été quand même été surprise de le voir trôner dans les nouveautés dans le rayon « Romance », renforçant ou pouvant renforcer la confusion avec en outre, l’absence de bandeau ou de message d’avertissement (et aussi d’emballage sous cellophane comme on l’a fait pour un certain nombre de mangas Yaoi et/ou érotico-porno). Alors, des lecteurs et lectrices non avertis pourraient très bien prendre Outrage comme un énième After parmi la pléthore de romans classifiés « New Romance » et avoir la désagréable surprise du contenu à la lecture du roman. Surtout, et sans vouloir spoiler, que les premiers chapitres ne vont pas avec le dos de la cuillière puisque Rose évoque de façon très brutale et très crue les violences sexuelles dont elle a été victime étant enfant par son propre père.

Honnêtement, je ne sais pas si je parviendrais à poursuivre ma lecture, en particulier de par le style d’écriture qui, s’il possède un côté enlevé, donnant l’impression d’un journal de bord où Rose jette littéralement tout ce qui lui passe par la tête avec d’indéniables qualité (rendons à César… car, un livre c’est un tout), ne m’a pas enthousiasmée des masses. Après, évidemment, ce n’est qu’un ressenti au niveau stylistique qui n’engage évidemment que moi.
Sur ce qui est du contenu et des passages qui ont fait polémiques, j’ai lu certaines critiques qui, si je peux parfaitement comprendre le sentiment de révolte, voudraient interdire les romans traitant de ces sujets me hérissent. Le fameux passage est certes, brute de décoffrage mais ne fait pas l’apologie (loin, très loin de là) de l’inceste et/ou de la pédophilie ! Il est vrai que, de vouloir écrire les pensées d’une gamine de 7ans violée par son père est, disons-le, un peu (totalement ?) casse-gueule mais je n’ai pas vu la moindre complaisance dans ce passage. Le fait de traiter de sujets comme le viol, l’inceste,  les pratiques sexuelles extrêmes, l’autodestruction ou même la drogue (qui peut en faire partie de ce roman puisqu’on peut considérer l’héroïne et certains des personnages qui gravitent autours d’elle, finalement drogués au sexe) sans tomber dans le voyeurisme le plus cynique est quelque chose qui n’est pas à la portée de tout le monde, reconnaissons-le. Rappelons-nous ce vieil adage : « La critique est aisée mais l’art est difficile. ». Jamais tel aphorisme ne s’est autant vérifié que depuis la sortie d’Outrage.
Autre remarque qui m’a fait, disons poliment, bondir au plafond a été de lire qu’on faisait une comparaison avec Sade, comparaison des plus falacieuses. Tout d’abord, les écrits du divin Marquis l’ont été dans un contexte politique particulier, la fin de l’Ancien Régime et les débuts de la Révolution française et avec des revendications politiques sous-jacente. Les écrits de Sade, encore moins qu’Outrage, ne sont PAS de la romance, une erreur monumentale et historique extraordinaire. Ils n’ont rien à voir. A travers la sexualité, somme toute débridée, Sade a voulu dénoncer l’hypocrisie de toute une société décadente, notamment avec ses deux héroïnes Justine et Juliette. D’ailleurs, il n’a jamais fait le dixième de ce qu’il raconte dans ses livres. Il a été embastillé pour sodomie (un crime à l’époque) et pour des questions de dettes sur lettre de cachet demandée par sa belle-mère, justice des plus sommaires, si on peut appeler le système de cachet de la justice. Il n’a jamais, au grand jamais, assassiné ou torturé qui que ce soit. Je ne vais pas vous livrer une analyse approfondie (il me faudrait au moins une année pour ça) de ses oeuvres mais Sade a été simplement une sorte d’objecteur de conscience de l’époque. Un conseil, relisez le célèbre passage « Français, encore un effort si vous voulez être républicains » de La philosophie dans le boudoir, certes difficile à aborder tant Sade utilise l’absurde comme argumentaire, mais qui, à sa façon, comme Olympe de Gouge, prône l’égalité homme-femme (qui commence par la sexualité) ou réclame la séparation du politique et du religieux.
Outrage ne s’inscrit absolument pas dans la diatribe de Sade comme le roman ne se veut absolument pas une énième Dark Romance. Je dirai même plutôt que c’est une anti-dark romance tant on sent un gros « fuck » à toute cette prolifération de romans.

En conclusion, l’erreur majeure de ce roman n’est finalement pas le roman en lui-même mais plutôt la stratégie marketing qui a voulu séduire une frange de lecteurs, sans nul doute, mal informés de la teneur réelle du roman. Il s’agit d’un roman difficile à aborder et il faut vraiment lire avec un esprit ouvert et critique.

 

Un article intéressant sur le sujet -> https://www.actualitte.com/article/monde-edition/outrage-roman-d-une-humanite-terrible-dont-l-existence-derange/84382